JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Sans Comment Taire Journal intime créé par rien2rien

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Introduction...
 Danger : "vulnérabilité" à l'horizon!!
 Vie et histoire personnelle.
 Miroitements Migrateurs
 L'Océan aux étoiles.
 Raconte-moi!?...
 Belle-de-jour
"Entre" nous & la Vie!
 L'Amour du mot
10   Ma Maison!
11   6 000 années lumière
12   Vie et labyrinthes!
13   Tout & rien
14   Vivre
15   Richesse du tout perdre
16   Le Son
"Entre" nous & la Vie!      page publique

Voilà plusieurs fois que je pense à faire part d'un peu de "ma vie", ici, dans ce Journal, mais ça me parait une "entreprise lourde", quelque chose qu'on ne peut, comme ça, "enfermer" dans
quelques phrases (peut-être est-ce dû aussi au fait que cela fait une quinzaine d'années que je tiens un Journal?).

Pourtant, c'est sûr, il y a des paons de vie qu'on aimerait partager, qu'on aimerait, comme, "être moins seul à porter"!

C'est que, quasi, toute histoire est lourde, qu'il est bien plus aisé de la raconter "de l'extérieur que de l'intérieur", l'intérieur fourmillant de tellement de choses (impressions, sensations, émotions, anachronismes...) et demeurant si sauvage et marginale face à la "forme" ou au "succinct" des évènements à relater!

Il me semble que la richesse de tout monde Intime dépasse tellement les évènements par lesquels il s'exprime (au quotidien) qu'il m'apparait vain d'essayer de les décrire ou d'en faire le "tour"!?

Ce que je dirais plutôt c'est qu'aujourd'hui je me sens fatigué de "m'arrêter à" l'événementiel de ma vie (toujours changeant et ne tournicotant, comme un loup en cage, "que" dans ses limites), fatigué de remonter à leur surface et "ne trouver ce que" m'apporte leur fonds!

De toute façon j'ai, spontanément, quasi toujours rejoint la vie par ses fonds, en explorant le véritablement fascinant et contagieux!

Idem au quotidien : je ne m'intéresse nullement aux richesses extérieures (matérielles) ; n'ai rien amassé et sais ce que veux dire : "avancer dans le noir, l'incertitude, l'indéfini, le vide ou le paradoxal".

Disons que c'est surtout le "senti" qui me parle et fait parler les mots et le "coeur... de toute chose", selon moi!

Il guide la quasi-totalité de mes pas, au grand dam, souvent, de "l'ordre établi"!

Je ne sens pas : je ne fais pas ou ne vais pas!
Je sens : je vais ou... y court!

Cela a fait de moi quelqu'un qui a surtout appris à vivre avec son univers intérieur, le plus souvent : seul, loin des caprices du monde.

J'ai vu et compris que le monde "extérieur, évènementiel, informatif (pour tout dire : formel)" n'était pas la "rédemption" qu'il prétendait être et qu'il me fallait plutôt m'en tenir et remettre à ma "Vie intérieure" (déjà "complète en elle-même"), à ce à quoi ce monde renvoyait plutôt que ce qu'il était sensé permettre ou offrir!

Cela ne s'est pas affirmé ou confirmé à "coups d'efforts", de connaissances ou d'apprentissages, mais au travers d'une intuition qui ne m'a jamais quittée!

Ecrire (ou vivre) représente donc pour moi "la Vie "par" l'intérieur du senti", plus qu'autre chose ; que, même, toute description formelle qui permet d'éluder ce
feedback si sensible "entre" nous et la Vie!

Si possible : à suivre...