JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


...le journal de mes 17 ans... Journal intime créé par moi...17 ans

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 le commencement
 le samedi 24 mai
 je suis en vacances...
 une belle journĂ©e qui commence...
 apres une journĂ©e comme sa...ppfffuu
 trop de soleil!
 debut de mois a chier!mais on fait avec...
 je reprend le taff:il fait bo! ;)
 tout devient habituel...
10   weekend de ouf!
11   il me dis que je lui mank...
12   encore une journĂ©e de repos! youpi!
13   une soirĂ©e sans mec interressant c pas une soirĂ©e!!!
14   lundi 16 juin:11h17
15   la peche reviens!(mardi 17 juin!)
16   reprise du taff....deprime totale
17   pluque 3 jours et je vois A...
18   21 juin :FETE DE LA MUSIQUE!!!
19   la vie est belle!
20   A...est devenu mon cheri... :)
21   je mattache pour la premiere fois...
22   jveux qu'on baise sur ma tombe...
23   moi,juliette qui tombe amoureuse....
24   j'ecoute tĂ©tĂ© et le moral reviens petit a petit
25   samedi chĂ© plus trop lcombien!
26   lundi 14 juillet
27   en vacances...je suis en vacances!!!
28   ...desolĂ©...
29   les vacances commence vraiment...
30   ou...ce weekend de ouf!!!
31   "sortez les ordures televisuelles"...
32   grosse fatigue
33   retour...ouah quC bon...
34   le bordel dans ma vie...
35   le bordel seclairci mais bon...
36   oh nom de dieu!....
37   rentrĂ©e...et enfin le weekend!!!
38   pourquoi?....la trsitesse...
39   PUTAIN DE MERDE!!!!
40   ah....lamour....
41   youpi ya ya youpi youpi ya!!!
42   la vie continue...putain de bordel de merde....
43   la vie ne vaut rien...
44   reflexion.
45   ....pppffffuuuu...
46   sa va mieu moi didonc!!!
47   pour un weekend de ouf...
48   plus possible de relativiser...
49  --------------
50   je part a strasbourg!!!
51  Ebauche n°2
52   les resultats:
53   on recommence...
54   reconsiliation avec LENAIK
55   retour de strasbourg...
56   concert de tryo!
57   weekend de ouf!
58   je reviens en Ă©tĂ©...
59   jvais voir aurelien!!!
60   PAIX A SON AME
61   n'amour ma dit "je t'aime"
62   bordel...
63   la drogue?...
64   jme suis fait larguĂ©...
65   trop de temps
66   noel...
67   un peu comme une fin
Ebauche n°2      page publique

"Avons-nous donc commis une action Ă©trange ?
Explique, si tu peux, mon trouble et mon effroi
Je frissonne de peur quand tu me dis: “Mon ange !”
Et cependant je sens ma bouche aller vers toi.

Ne me regarde pas ainsi, toi, ma pensée !
Toi que jÂ’aime Ă  jamais, ma sÂśur dÂ’Ă©lection,
Quand même tu serais une embûche dressée
Et le commencement de ma perdition !

qui donc devant l'amour ose parler d'enfer? Maudit soit Ă  jamais le rĂŞveur inutile
Qui voulut le premier, dans sa stupidité,
S’éprenant d’un probléme insoluble et stérile,
Aux choses de l’amour mêler l’honnêteté !

Celui qui veut unir dans un accord mystique
LÂ’ombre avec la chaleur, la nuit avec le jour,
Ne chauffera jamais son corps paralytique
Ă€ ce rouge soleil que lÂ’on nomme lÂ’amour
On ne peut ici-bas contenter qu’un seul maître !
Mais lÂ’enfant, Ă©panchant une immense douleur,
Cria soudain : “Je sens s’élargir dans mon être
Un abîme béant ; cet abîme est mon cœur!

Brûlant comme un volcan, profond comme le vide !
Rien ne rassasiera ce monstre gémissant
Et ne rafraîchira la soif de l’Euménide
Qui, la torche à la main, le brûle jusqu’au sang

Que nos rideaux fermés nous séparent du monde,
Et que la lassitude améne le repos !
Je veux m’anéantir dans ta gorge profonde
Et trouver sur ton sein la fraîcheur des tombeaux !”

Descendez, descendez, lamentables victimes,
Descendez le chemin de lÂ’enfer Ă©ternel !
Plongez au plus profond du gouffre, oĂą tous les crimes
Flagellés par un vent qui ne vient pas du ciel
Jamais un rayon frais nÂ’Ă©claira vos cavernes ;
Par les fentes des murs des miasmes fiévreux
Filtrent en sÂ’enflammant ainsi que des lanternes
Et pénétrent vos corps de leurs parfums affreux
Hippolyte, cher cÂśur, que dis-tu de ces choses ?
Comprends-tu maintenant quÂ’il ne faut pas offrir
L’holocauste sacré de tes premières roses
Aux souffles violents qui pourraient les flétrir ?

Hippolyte, Ă” ma soeur! Tourne donc ton visage,
Toi, mon âme et mon tout et ma moitié,

Tourne vers moi tes yeux pleins dÂ’azur et dÂ’Ă©toiles !
Pour un de ces regards charmants, baume divin,
Des plaisirs plus obscurs je lèverai les voiles,
Et je mÂ’endormirai dans un rĂŞve sans fin!

texte de baudelaire modifié par damien saez...