JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


il était une fois la vie... Journal intime créé par l.u.n.e.t.o.i.l.e

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 y a une première fois à tout!
 par où commencer...
 tendance
 A la découverte de son corps...
 un si petit être, l'ange de ma vie
 je veux mourir
 pfff...le respect ça existe tu sais!
 je me souviens...
 juste une lettre d'elle...merci.
10   c'était il n'y a pas si longtemps...
11   - instant de vie -
12   les paradis interdis...
13   Ayez la rage!
14   donnez-lui les ailes...
15   juste une petite parenthèse
16   un petit peu plus sur moi
17   je suis...
18   quand tu me diras...
19   les rêves ça poussent sous la pluie...
20   bi,... donnez moi votre point de vue
21   Barbes - Clichy
22   Pourquoi ne pas tout lacher...
23   RE
24   envie de lui...
25   ce Grand bonhome là
26   A toi Julian...
27  et une rupture de plus, une!
28   Je t'aime Julian
29   toujours là
30   besoins sexuels différents
31   Ã©ternels amants
32   c'est ainsi
33   un peu de bonheur, beaucoup de deception
34   L'âge de la souffrance
et une rupture de plus, une!      page publique

Hier soir j'ai rompu avec mon copain, Léo. Ce n'était qu'une formalité, pour moi c'était fini depuis longtemps. Je sais que je lui ai fait mal, C'est d'ailleurs la seule chose qui pourrait me faire avoir des remords. Juste de l'avoir vue pleurer. C'est tout. Je lui ai dit ce qu'il s'était passé en Grèce avec Julian. Je sais que ça l'a rendu triste. Tant pis. Il s'en remettra.
Je suis cruelle n'est-ce pas?
A croire que je jubille du mal que je peux faire aux autres... et qu'en plus, je m'en glorifie. Eh bien non, je veux juste apparaître comme une personne dénuée de tous sentiments, de toutes émotions, de toutes craintes pour ainsi sembler intouchable, affaiblie par aucun facteur exterieur. Laisser croire parfois que je suis un monstre du coeur juste pour me blinder de vous. Simplement parce que tout ce que je vois, tout ce que je touche, c'est ça l'enfer.

Ne me faîte pas de mal.