JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


voleuse de vie Journal intime créé par weimali

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 intro indispensable
 intro, importante
 lĂ  oĂą j'en suis, aujourd'hui
 comment tout a commencĂ©
 il m'est arrivĂ© de couler
 j'ai appris 2/3 trucs
 y'a des sales lĂ©gendes
 'fo subir tous les experts
 un sale dimanche de printemps
10   c'est pas moi qui l'ai dit
11   page spĂ©ciale : interruption momentanĂ©e des hostilitĂ©s
12  Pourquoi(S) ?
13   Et maintenant ?
14   noyeux joel
15   Janvier 2006 – Quoi faire de tout ça ?
16   Juillet 2006 – l’oiseau mazouté, dans toute sa perplexité
Pourquoi(S) ?      page publique

bonjour

'voyez cette image, là (fô cliquer dessus)? ben, moi, en ce moment c'est exactement ça : j'ai la désagréable impression d'être en train de m'épuiser à essayer de décrypter un évènement qui, en fait, n'a pas de sens .. enfin, si, peut être : peut être qu’on se moque de moi ? de nous ? … peut être que je rate quelque chose, qui est évident pour tout le monde, sauf pour moi ?

je ne parle pas de cette fameuse culpabilité du malade, enfin, je ne pense pas. je crois que j'en ai fini de me demander "pourquoi moi ?" ... et de chercher ce que j'ai bien pu faire, & à qui, pour m'attirer les foudres de Dame Nature, de Dieu, ou de Darwin, ou de .. qui sais je encore
enfin, je dis ça, mais … si quelqu’un pouvait me jurer, là maintenant, la main sur le cœur, que OUI je suis digne de vivre normalement, de transmettre mes gênes et tout et tout .. que NON, je n’ai rien mérité de ce qui arrive, et que NON je ne paie pour aucune erreur … eh ben je pense que je lui ferais bon accueil quand même, et que ça me rassurerait

non, ce sentiment d’absurde, cette incompréhension … c’est … c’est pas seulement de ne plus avoir de vie et de me faire menacer tous mes rêves comme ça , plaf, tout d’un coup …c’est pas seulement de constater qu’à 30 ans je vis comme si j’en avais 80 ….
cÂ’est SURTOUT quÂ’apparemment, tout le monde sÂ’en fout

Tiens, premier exemple : j'ai souvent eu l'impression de rêver toute éveillée les fois où mes médecins ne voyaient pas l'intérêt de me répondre si je demandais quand & comment je pourrais m'en sortir … les fois où c’est MOI qui devait comprendre que la médecine n’est pas une science exacte … les fois où je devais croire, au mépris des évènements, que le temps jouait pour moi ….. toutes ces fois, où EUX ne se sentaient que mollement un devoir de compréhension vis à vis de ce que je vivais, concrètement
y’a pas eu que des fois comme ça avec eux, .. mais y’en a eu …. et je le conçois un peu, intellectuellement, mais à condition de faire un gros effort sur moi : viscéralement, instinctivement, du fond de mes tripes et de mes jours noirs, j’arrive pas bien à l’entendre
alors : qu’est ce qui peut bien me manquer, pour que je puisse intégrer ça ????

Ah, aussi : y’a un truc où je suis « inapte » , y’a un truc que je ne saisis vraiment pas, mais alors pas du tout : le silence des médias à propos d’une maladie qui touche 10% des femmes, et qui peut si mal tourner
comment peut on taire de tels drames ? je sais bien que, socialement, y a pas péril, que la plupart d’entre nous continuent de bosser … que le seul problème est intime (avoir des enfants, avoir une vie sexuelle normale, passer une journée sans avoir mal), et que ça ne « gêne » en rien le groupe … mais, mince, comment peut on dormir sereinement le soir quand on SAIT ce que vivent certaines femmes, certains couples … quand on sait que ça pourrait être, demain, en ce moment, sa sœur, son amie, sa fille, qui subit de telles choses ? .. et que, peut être, il suffirait de presque rien, de quelques mots à la télé ou à la radio de temps en temps, pour que plus jamais aucune femme ne soit diagnostiquée trop tard pour pouvoir espérer rester heureuse ??
là aussi, je dois avoir raté quelque chose , là, non plus, y’a une réalité qui m’échappe, à moi, pauvre petite tête ….. qu’est ce qu’ils savent, que, moi, je ne sais pas ?

Mais c’est pas le plus grave, tout ça .. c’est pas là dessus que je suis le plus « à côté » : comment se fait il que la plupart des malades, que la majorité des gens, arrivent à accepter, à lâcher prise, et à laisser faire ? ils ont de la chance, eux ….. moi, j’ai beau être au tapis depuis bientôt un an et demi, je ne suis toujours pas « en paix » .. j’essaie toujours de croire que ce n’est qu’une parenthèse dans ma vie, que je NE SUIS PAS une malade, mais juste une accidentée, et, surtout, que ça n’est PAS mon état normal
il paraît, et je suis sûre que c’est vrai, que « being quiet » et que « faire avec » sont les seules solutions pour pouvoir supporter, enfin …. pour pouvoir subir en se faisant le moins de bleus possible, ces journées qui sont les miennes depuis si longtemps maintenant
j’ai beau l’entendre, j’ai beau l’imaginer, je m’écorche à chaque seconde ….. parce que, et je ne sais pas pourquoi, je n’arrive pas à m’imaginer passer ma vie à me regarder le ventre, à dire « je suis malade », et à me refuser certains aliments, ou certaines activités, ou certaines préoccupations futiles, ou un bébé
alors : quelle est donc cette sagesse que je nÂ’arrive pas Ă  trouver ? quÂ’est ce quÂ’on ne mÂ’a pas appris quand jÂ’Ă©tais petite, et qui me manque tellement, maintenant ?

vous savez, ça a tous les airs de la révolte, ou d’une colère sourde ce que je vous dis là …. mais, non : c’est vraiment de l’incompréhension …. c’est bien un « décrochage » dans les règles de l’art …. et c’est bien du chagrin
‘faut pas confondre les cris de haine, avec les cris de peur …. ‘faut pas mélanger les gens en guerre et ceux qui appellent au secours, de toutes leurs forces, du fond du puits où on les a jetés & oubliés
je n’en veux à personne, moi … juste, je me sens si désarmée …. quand je parle fort, je vous demande des conseils .. quand je persifle ou je ricane, je ne fais qu’appliquer les mots de Desprosges « l’humour est la politesse du désespoir »

alors …. Si quelqu’un a compris, si quelqu’un sait pourquoi, … et si on veut bien m’apprendre tout ça …. S’il vous plait : qu’on n’hésite pas …. Merci