JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


zinzolin et autres fantaisies Journal intime créé par zinzolin

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 clap de début !
 Ahhh Cali (pages)
 Austérienne pas austère
 Ex-exaltée, devenue calme...
 Contente, moi !!!
 Mystérieux Mister T...
 Concert j-3
 Mister T. vol.2
 Recherche gentille sorcière pour magie blanche
10   Recherche gentille sorcière pour magie blanche
11   Ecriture, drogue douce...
12   C'est dur de vieillir
13   Tendre et perfide Théo
14   Instants d'éternité...
15   Bof...
16   Redondant Théo...
17   Bonheur...
18   J'ai horreur de l'amour
19   Réflexions un jour de pluie
20   Simple gribouillis
21   Vieille Lolita
22   Echauffement
23   Marre de Théo
24   de retour...
25   Accrochez-vous ! (mes rares lecteurs...)
26   Pour maman
27   de retour...
28   Jon...
29  Mieux
30   Cousin, première
31   Bon anniversaire, maman
32   cousin, deuxième
33   nico, fin ?
34   Nico, encore
35   sur la route du retour
36   sur la route du retour
37   sur la route du retour
38   histoires d'O
39   Ã©trange inquiétude
40   Théo is back
41   ras-le-bol
42   patate de nouveau
43   Putain de vie
44   Putain de vie
Mieux      page publique

Drôle de période. Entre tsunami, lame de fond et soleil joyeux. Aujourd'hui, ça va pas mal. J'arrive à respirer, ce qui n'est pas toujours le cas. J'ai encore rêvé de maman (je rêve d'elle toutes les nuits). Elle est toujours blessée, ou malade, mais nous la soutenons et je sais qu'elle va s'en sortir. C'est bizarre, dans ces rêves les rôles sont inversés, je deviens la mère de ma mère. Etrange. Je ne sais pas si j'ai vraiment pris conscience qu'elle était morte. Morte morte morte. J'ai beau l'écrire, en parler, rejouer la scène terrible de son corps adoré déjà froid et raide (je caressais sans fin ses cheveux, ils gardaient son odeur, c'est une odeur que je n'oublierai jamais), quelque chose en moi refuse catégoriquement qu'elle ne soit plus là. Je la sens présente en moi d'une façon incroyable.
Et l'père Langton, Théo de son p'tit nom ? Nos rapports sont amicaux, un peu distants de son côté (pas de nouvelles depuis 10 jours). Mais comme il m'a dit clairement de ne pas lui en demander trop (le pauvre chou, ça l'affole !!!), je ne lui écris pas tous les jours et je reste optimiste et joyeuse, pleine de pétillant et de dynamisme. C'est comme ça qu'il voit Super Emilie, on ne va pas le décevoir, ce pauvre garçon.
Voilà, ça fait du bien de reprendre ce journal.
Bye