JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


zinzolin et autres fantaisies Journal intime créé par zinzolin

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 clap de début !
 Ahhh Cali (pages)
 Austérienne pas austère
 Ex-exaltée, devenue calme...
 Contente, moi !!!
 Mystérieux Mister T...
 Concert j-3
 Mister T. vol.2
 Recherche gentille sorcière pour magie blanche
10   Recherche gentille sorcière pour magie blanche
11   Ecriture, drogue douce...
12   C'est dur de vieillir
13   Tendre et perfide Théo
14   Instants d'éternité...
15   Bof...
16   Redondant Théo...
17   Bonheur...
18   J'ai horreur de l'amour
19   Réflexions un jour de pluie
20   Simple gribouillis
21   Vieille Lolita
22   Echauffement
23  Marre de Théo
24   de retour...
25   Accrochez-vous ! (mes rares lecteurs...)
26   Pour maman
27   de retour...
28   Jon...
29   Mieux
30   Cousin, première
31   Bon anniversaire, maman
32   cousin, deuxième
33   nico, fin ?
34   Nico, encore
35   sur la route du retour
36   sur la route du retour
37   sur la route du retour
38   histoires d'O
39   Ã©trange inquiétude
40   Théo is back
41   ras-le-bol
42   patate de nouveau
43   Putain de vie
44   Putain de vie
Marre de Théo      page publique

Tu fais chier, Théo. Cinq jours (5!) sans nouvelles. Et moi qui t'attends, ventre à terre, le coeur au bord du gouffre... Tout va bien dans ma vie, sauf toi. Maudit soit le jour où je t'ai connu, Théo. J'aurais mieux fait d'avaler un serpent à sonnettes, de sauter d'une falaise sans parachute, ou même de m'immoler à la manière des bouddhistes... J'aurais eu plus de chances de m'en sortir indemne. Tu es une catastrophe nucléaire, Théo, un virus pire que le virus Ebola, une saloperie qu'il ne faut pas attraper sous peine de finir défigurée et le coeur arraché de la poitrine.
Salaud salaud salaud, pauvre con minable, comment peux-tu me snober ainsi ? Tu ne vois pas que je suis ta dernière chance ? Le dernier lien qui te relie à l'état d'être vivant ? Tu te fossilises, Théo, et moi j'essaie désespérément de te sauver. Je suis trop conne. Ca cessera, un jour. Tu le regretteras. Moi, je ne le saurai pas, mais tu le regretteras. Ce sera trop tard.
Salaud