JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


zinzolin et autres fantaisies Journal intime créé par zinzolin

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 clap de début !
 Ahhh Cali (pages)
 Austérienne pas austère
 Ex-exaltée, devenue calme...
 Contente, moi !!!
 Mystérieux Mister T...
 Concert j-3
 Mister T. vol.2
 Recherche gentille sorcière pour magie blanche
10   Recherche gentille sorcière pour magie blanche
11   Ecriture, drogue douce...
12  C'est dur de vieillir
13   Tendre et perfide Théo
14   Instants d'éternité...
15   Bof...
16   Redondant Théo...
17   Bonheur...
18   J'ai horreur de l'amour
19   Réflexions un jour de pluie
20   Simple gribouillis
21   Vieille Lolita
22   Echauffement
23   Marre de Théo
24   de retour...
25   Accrochez-vous ! (mes rares lecteurs...)
26   Pour maman
27   de retour...
28   Jon...
29   Mieux
30   Cousin, première
31   Bon anniversaire, maman
32   cousin, deuxième
33   nico, fin ?
34   Nico, encore
35   sur la route du retour
36   sur la route du retour
37   sur la route du retour
38   histoires d'O
39   Ã©trange inquiétude
40   Théo is back
41   ras-le-bol
42   patate de nouveau
43   Putain de vie
44   Putain de vie
C'est dur de vieillir      page publique

Hier, j'ai enfin affronté mes craintes et je suis allée voir mon grand-père, qui décline doucement, sur la mauvaise pente de la vieillesse. C'est vraiment rude à accepter. Lui ne se résigne pas. Il continue à croire que, bientôt, il va pouvoir reprendre ses activités (aller se balader seul, simplement, goûter une partie de pêche ou de bateau avec son beau-frère...) Il a un côté révolté d'éternel jeune homme, malgré sa fatigue, malgré sa souffrance, malgré l'ennui qu'il ressent à rester enfermé toute la journée. Je n'éprouve pas de pitié pour lui, ce serait avilissant, non, je suis plutot admirative. Lorsque ma grand-mère (malgré tout le respect que je lui dois, et l'amour que je lui portais, elle était sacrément chieuse !!!) était malade, une maladie nerveuse terrible qui l'a emportée, il a été près d'elle, assurant les tâches du quotidien malgré sa santé déclinante. Et une fois qu'elle est morte, il a trouvé une douce amie pour ses dernières années, en la personne de sa petite voisine, veuve également... Il a une ténacité folle, c'est un combattant et je l'aime vraiment beaucoup. J'espère de tout coeur qu'il va reprendre du poil de la bête, nous taquiner comme autrefois, rire de nos bêtises, comme lorsque nous nous déguisions, ma soeur et moi, avec les robes de ma grand-mère...
Pas facile à accepter, cette vieillesse, à une époque où compte plus que tout la compétitivité, l'éternelle jeunesse, où la seule image acceptable du vieux, c'est celle du papi hyper-actif qui enchaîne un trekking dans l'himalaya et une sauterie en boite !!! Ben non, la vieillesse c'est aussi la machine qui se dérègle, les douleurs qui sont de plus en plus fréquentes, le monde qui se dépeuple des êtres aimés... Putain, pourquoi on n'accepte pas tout ça ? On parle de la détresse des vieux, il faudrait dans un premier temps les regarder en face et oser affronter leur souffrance muette. Alors, à ce moment-là, on pourra les aider... Ils ont besoin d'amour, comme de tous petits enfants, parce qu'ils sont fragiles et démunis face à ce qu'ils vivent...
Je t'aime, pépé, je vais essayer de venir plus souvent, promis. T'es fort, vivant et souriant, je t'aime vraiment fort.