JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Vie, réflexion et pensées... Journal intime créé par moi_marjo

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Au commencement...
 PAS ENVI
 Je l'aime quand même
 CLAIRE
 Retour en arrière...
 Mon ex
 Réfléxion...
 Proverbe
 J'ai dis oui...
10   Je me sens bien
11   Réponse!!
12   HELP!!
13   Ma soirée avec Ludo
14   Merci
15   Une nouvelle vie va commencer
16   Une loque humaine...
17   Mon père, cet inconnu...
18   Amour ou amitié?
19   Fière de moi...
20   Je le Hais
21   Hier soir... et camping!!
22   Le camping
23   Faucheuse
24   Mon passé
25   Crevée...
26   Rien de neuf
27   Page blanche
28   Soleil!!!
29   Collègues
30   Ca marche!!!
31   Père?
32   Toi
33   Adieu.
34   La fac, 1ère réunion.
35   La fac, une nouvelle vie?
36   Boulot, boulot...
37   Coup de coeur?
38   Sur un nuage...
39   Patrick et Ludo
40   De la HAINE
41   Hier soir
42   Patrick, le recul
43   Mélanie, le retour d'une soeur
44   Poire de service
45   Histoire sans fin
46   Filiaire de cinglé
47   12ans, j'ai basculé
48  fatigue
49   Encore...?
50   Mélanie et... l'inconnu du net lol
51   Marc
52   Petite page matinale
53   un titre... "c'est la vie!"
54   4 semaines
55   Colocataire
56   5h46
57   Envi pas envi
58   Enceinte?
59   Marc, Ludo et Joyeux Noel!
60   CADO! lol
61   Chui de retour!!!
62   Mélanie...
63   Relations internationnales, sciences politiques et...Marc
64   20 ANS!!!
65   Pétage de plombs
66   La saga Mélanie
67   Pffffffff
68   Déprime totale
69   Crise de nerf
70   Tout va bien... :-)
71   Je sais plus
72   Retranscription de mails
73   La suite
74   Renaissance...enfin je crois
75   ma vie
76   pétage de plombs
77   merde chui morte
fatigue      page publique

Jamais une statue ne sera assez grande pour depasser la cime du moindre peuplier, et les arbres ont le coeur infiniment plus tendre que celui des hommes qui les ont plantes. Pour toucher la sagesse qui ne viendra jamais, je changerai la seve du premier olivier contre mon sang impur d'etre civilise, responsable anonyme de tout le sang verse. Fatigue, fatigue. Fatigue du mensonge et de la verite que je croyais si belle, que je voulais aimer et qui est si cruelle que je m'y suis brule. Fatigue, fatigue. Fatigue d'habiter sue la planete Terre, sur ce brin de poussiere, sur ce caillou minable, sur cette fausse etoile perdue dans l'univers, berceau de la betise et royaume du mal, ou la plus evoluee parmi les creatures a invente la haine, le racisme et la guerre, et le pouvoir maudit qui corrompt les plus purs, et amene le sage a cracher sur son frere. Fatigue, fatigue. Fatigue de parler, fatigue de me taire quand on blesse un enfant, quand on viole sa mere, quand la moitie du monde en assassine un tiers. Fatigue, fatigue. Fatigue de ces hommes qui ont tue les indiens, massacre les baleines et baillonne la vie, extermine les loups, mis des colliers aux chiens, qui ont même reussi à pourrir la pluie, la liste est bien trop longue de tout ce qui m'ecoeure, depuis l'horreur banale du moindre fait divers, il n'y a plus assez de place dans mon coeur pour loger la revolte, le degoût, la colere... Fatigue, fatigue. Fatigue d'esperer et fatigue de croire, a ces idees brandies comme des etendards, et pour lesquelles tant d'hommes ont connu l'abattoir. Fatigue, fatigue. Je voudrais etre un arbre, boire à l'eau des orages, pour nourrir la terre, etre ami des oiseaux, et puis avoir la tete si haut dans les nuages pour qu'aucun homme ne puisse y planter un drapeau. Je voudrais etre un arbre et plonger mes racines au coeur de cette terre que j'aime tellement, et que ces putains d'hommes chaque jour assassinent, je voudrais le silence enfin et puis le vent. Fatigue, fatigue. fatigue de hair et fatigue d'aimer, surtout ne plus rien dire, ne plus jamais crier, fatigue des discours, des paroles sacrees. Fatigue, fatigue. Fatigue de sourire, fatigue de pleurer, fatigue de chercher quelques traces d'amour dans l'ocean de boue où sombre la pensee. Fatigue, fatigue