JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Loïc Journal intime créé par petite.fille

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Prologue
 Lettre (1)
 Lettre (2)
Lettre (3)
 Lettre (4)
 Lettre (5)
 Lettre (6)
 Lettre (7)
 Lettre (8)
10   Si tu savais ...
11   Mon amour...
12   Tu es mon rêve ...
13   T'aimer...
Lettre (3)      page publique

Je regrette ce qui s'est passé, je regrette le début de l'année où tout était si simple, je regrette ce temps où je pouvais vous sourire 20 fois dans la journée sans que ça dérange personne, je regrette le petit jeu qu'il y avait, et je regrette aussi de ne pas être quelqu'un d'autre. Quelqu'un de plus jolie, de plus grande, de plus intelligente, pour avoir autre chose à vous offrir que ma simple personne... Je ne regrette pas d'être venue vous parler la toute première fois. Même si c'était stupide et maladroit, je ne regrette pas de l'avoir fait car tout simplement, j'ai passé les 10 plus belles minutes de toute ma vie... Si je ne regrette pas, c'est aussi parce que je sais que je n'aurais pas pu passer l'année à vous admirer et vous sourire bêtement sans pouvoir vous avouer mes sentiments. Je voulais vous demander une dernière fois pardon, pour tout ce qu'il s'est passé. Pardon d'avoir tout gâché, pardon de m'être comporté d'une manière aussi stupide, pardon de vous avoir fait peur, de vous avoir gêné, de vous avoir énervé. Pardon de vous avoir attiré des ennuis et pous avoir mis votre emploi en péril. je m'excuserai jamais assez pour tout ça mais sachez que je n'avais pas de mauvaises intentions, je n'ai jamais voulu cela, et je ne me rendais pas compte des conséquences de mes actes sur vous. Quand on m'a dit que je ne pouvais plus ni vous parler, ni vous regarder, je n'ai pas compris. J'ai trouvé ça très injuste car ce n'était pas moi qui était rentrée dans l'atelier et j'ai payé pour les autres. Alors j'ai mal réagi, j'ai essayé de récupérer ce que j'avais perdu. Je voulais regagner votre sympathie, et que vous arriviez à m'apprécier, rien qu'un peu... J'ai tout raté, vous avez du me détester et m'e vouloir terriblement, j'ai totalement perdu le contrôle. A cette époque, moi avec vous dans les parages, ça devait donner quelque chose comme: "Hé ho! Regardez-moi! Regardez-moi je suis débile! Je cours dans tous les sens, je fais n'importe quoi! Remarquez-moi je suis folle de vous, regardez!" C'était exactement ça. Je m'en veux tellement, vous ne pouvez pas imaginer; mais on ne peut pas revenir en arrière...
Vous êtes entré dans mon esprit avec un joli visage et de beaux yeux bleus.
Vous êtes entré dans ma vie avec un simple regard.
Vous êtes entré dans dans mon coeur avec le plus beau des sourires...