JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

 


Un instant d'Eternitť Journal intime crťť par pepinette

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Prťface
 Ecriture secr√®te
 Le sortil√®ge s'enfuirait-il ?
 Le calme apr√®s la temp√™te
 Notre √©trange bal masqu√©
 L'arrogant gendarme et la duchesse aux pieds nus
 Ecriture clandestine
 Discussion polissonnes entre filles
 Il ne fait pas bon √™tre une jeune-fille...
 Ouais et si je pensais √† m'√©clater ?
10   La l√Ęchet√©, √ßa suffit.
11   L'√©criture d'un journal
12   Parano√ģa niveau 9 !!!
13   Je n'aime pas le quatorze juillet
14   A√ģe A√ģe A√ģe
15   L'√©t√©
16   Danser avec le feu
17   Emotions
18   Une, deux ! Une, deux !
19   Il s'appellera Zut, et le prochain se nommera Flute !
20  P√©pi, P√©pi Croquettes !
21   Des p√®p√®tes pour Pepinette !
22   Je ne suis pas romantique
23   Il faut que...
24   Ce qui fut fait ...
25   Cette nuit : une mort √©vitable.
26   Il est revenu...
P√©pi, P√©pi Croquettes !      page publique

Le compte est bon : quatre chatons capturés + la maman.

Il a fallu parcourir le hameau pour dénicher la famille.
Je suis revenue en sang : la tête dans les tuyas, les jambes griffées par les ronces; ça me piquait, me grattait, me démangeait... mais je les ai trouvés, héhé ! La premiere difficulté surmontée, il me fallut passer à la seconde étape : mise en place des pièges. Ces pièges sont en général utilisés par ceux qui éliminent les animaux qu'ils ont décidé d'appeler les NUISIBLES. Quant à moi, je détourne la fonction première de ces pièges pour récupérer des bestioles qui ont besoin d'aide. Comme quoi, tout objet a deux faces : une positive, une négative. Pour les gens, c'est pareil.
Donc, les pi√®ges. Le vendredi, j'ai captur√© les deux petits en posant le pi√®ge au fond du jardin d'un voisin. La nuit, j'ai pos√© le pi√®ge pour adulte entre deux canalisations( 2 gros tuyaux de b√©ton). Une heure plus tard, la porte du pi√®ge tombait avec un bruit de guillotine : c'√©tait la m√®re. Nous l'avons rentr√©e dans la maison et l√Ęcher dans la biblioth√©que o√Ļ se trouvaient d√©j√† les petits. Je referme la porte de la pi√®ce, j'√©teins la lumi√®re et... boum Ba daboum.. poum...paf...Pif...Pan
Putain , je n'étais pas fière : je pensais à ma bibliothèque et à tous ses ouvrages. Je rallume , le silence. Je regarde entre les persiennes ( oui, j'ai des persiennes à l'intérieur parce qu'avant c'était l'extérieur) : des livres par terre, une petite boite ouverte et plein de quincaillerie partout. MAIS BON LE CALME eTAIT REVENU. Je laisse la lumière, histoire d'épargner ma bibliothèque ( je n'ai pas de télé et mes bouquins, c'est tout pour moi).
Après cet épisode, il fallait récupérer le dernier chaton, sans quoi il risquait de mourir de faim. Je le pose sous ma terrasse et je vais dormir après m'être assurée qu'il n' y aura plus de casse dans la pièce aux chats!
Le lendemain, sit√īt lev√©e, je sors : la porte du pi√®ge est referm√©e, mais comme il faut mettre un drap sur la cage pour ne pas affoler l'animal, je ne vois rien. Un li√®vre ? Un renard ? Un √©l√©phant ? Tout est possible. Lentement, je rel√®ve un pan du drap et : oh, surprise, je vois GRo vilain, le chat des voisins. Je tends l'oreille, aucune voiture √† l'horizon : j'ouvre la porte et Grovilain se barre sans demander son reste. Il est tr√®s gourmand, ce m√Ęle, je l'ai d√©j√† captur√© trois fois en trois ans !
Il me restait donc un chaton et il fallait faire vite. Je remts le petit piège chez les voisins le samedi matin, à midi ils sonnent à ma porte : tout est mangé, la grille est tombée mais rien à l'intérieur. On recommence et rebelote.
Le minimatou a graillé toute la journée aux frais de la princesse. Idem, dimanche matin et après midi. Je modifie ma stratégie : plkus d'appat en début de piège, mais un gros tas de patée humant bnon la viande à la sauce-je-ne -sais- quoi après la trappe au fond du piège. On le pose, dix minutes après, arrivée de la voisine : on l'a eu !
Youpi.
Je le mets dans la bibliothèque transformée en nurserie et le tour est joué.
Il me reste désormais à franchir le troisème obstacle : les faire adopter.
Si vous êtes interessé , je vous livre la bestiole à domicile. Ils ont un moi et demi, il y a des males et des femelles. Help !
PS : Le voisin m' a baptisée Davy Croquettes!