JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Un instant d'Eternité Journal intime créé par pepinette

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Ecriture secrète
 Le sortilège s'enfuirait-il ?
 Le calme après la tempête
 Notre étrange bal masqué
 L'arrogant gendarme et la duchesse aux pieds nus
 Ecriture clandestine
 Discussion polissonnes entre filles
 Il ne fait pas bon être une jeune-fille...
 Ouais et si je pensais à m'éclater ?
10   La lâcheté, ça suffit.
11   L'écriture d'un journal
12   Paranoîa niveau 9 !!!
13   Je n'aime pas le quatorze juillet
14   Aîe Aîe Aîe
15   L'été
16   Danser avec le feu
17  Emotions
18   Une, deux ! Une, deux !
19   Il s'appellera Zut, et le prochain se nommera Flute !
20   Pépi, Pépi Croquettes !
21   Des pèpètes pour Pepinette !
22   Je ne suis pas romantique
23   Il faut que...
24   Ce qui fut fait ...
25   Cette nuit : une mort évitable.
26   Il est revenu...
Emotions      page publique

Je suis émue lorsque je parcours les pages que chacun rédige. Toutes ces vies qui se racontent, toutes ces voix qui se font entendre. Certains récits me rappellent la cruauté de l'existence, la mort, la maladie. D'autres font échos aux maux de l'âme, si sournois, si incontrôlables. En lisant les drames de certains récits de vie, je me vois confrontée à la précarité de mon bonheur-ou équilibre, peu importe le terme. A tout instant, le drame peut surgir et nous n'y pouvons rien, il faut continuer, traverser la tempête. Par chance, j'habite à la campagne et j'assiste au grand cycle de la nature; les saisons se succèdent. Les feuilles tombent, l'arbre dort, puis les bourgeons apparaissent, la feuille se développe, verdit... Et le cycle recommence. C'est un temps circulaire.

Si la Nature m'aide à comprendre la Vie, la compréhension de l'existence me semble plutôt un parcours personnel. L'identité est une chose qui ne cesse de se construire, de murir, de muter. Nous changeons en permanence, nous ne sommes pas un produit fini, mais du vivant.
Je suis heureuse d'appartenir à cette petite communauté de diaristes où nos écrits solitaires forment une sorte de chorale: voix unique composée de mille.
Et la vie n'est pas ce que les médias nous montrent mais ces petits riens qui se succèdent jour après jour pour former une existence.Et les émotions que je ressens à la la lecture de vos vies me sont chères. Merci