JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

 


Un instant d'Eternitť Journal intime crťť par pepinette

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Prťface
 Ecriture secr√®te
 Le sortil√®ge s'enfuirait-il ?
 Le calme apr√®s la temp√™te
 Notre √©trange bal masqu√©
 L'arrogant gendarme et la duchesse aux pieds nus
 Ecriture clandestine
 Discussion polissonnes entre filles
 Il ne fait pas bon √™tre une jeune-fille...
 Ouais et si je pensais √† m'√©clater ?
10   La l√Ęchet√©, √ßa suffit.
11   L'√©criture d'un journal
12   Parano√ģa niveau 9 !!!
13   Je n'aime pas le quatorze juillet
14   A√ģe A√ģe A√ģe
15  L'√©t√©
16   Danser avec le feu
17   Emotions
18   Une, deux ! Une, deux !
19   Il s'appellera Zut, et le prochain se nommera Flute !
20   P√©pi, P√©pi Croquettes !
21   Des p√®p√®tes pour Pepinette !
22   Je ne suis pas romantique
23   Il faut que...
24   Ce qui fut fait ...
25   Cette nuit : une mort √©vitable.
26   Il est revenu...
L'√©t√©      page publique

J'adore √©couter l'√©t√©; le matin, ce sont les oiseaux, les abeilles et les vaches. Et le soir, les grillons, les grenouilles et les chats ...qui se f√Ęchent.
Je voudrais pouvoir enregistrer l'été et me le repasser en boucle au coeur de l'hiver.
En été, je peux marcher peds nus chez moi, m'attarder dans la salle de bain ( qui n'est pas chauffée), je peux saluer le soleil et les quatre directions en balladant mon chien sur le chemin de la chapelle.
Le corps est libre, les pieds sont nus, les fenêtres sont ouvertes.
Il y a aussi ce moment particulier de la soir√©e o√Ļ le soleil se couche et o√Ļ il semble que le jour se r√©√©claire. C'est le moment sans ombre. C'est magique.
En été, certains arbustes deviennent des arbres à papaillons bleus. Beau que c'est beau.
Et les humains évoluent librement, ils ne se renfrognent pas de leurs manteaux; ils sourient. Ils ont chaud, ils sont bien.
Et les odeurs d'été, celle de la terre quand tu arroses une fleur, celle des foins, des arbres, des fleurs.
A c√īt√©, l'hiver n'est que mort : le silence, l'absence de parfum, de couleurs, de chants.
Et pour finir, un hommage aux petites pluies chaudes d'été qui tombent en riant et arrivent à vous rafraichir sans vous geler.

Ce soir, le tonnerre gronde et j'aimerais que l'orage se d√©clare. Feux d'artifice z√©br√©, pluies battantes et toi qui savoure l'instant, allong√© sur ton lit, tu √©coutes la pluie qui frappe, le vent qui harc√®le ta maison et tu te sens bien, peut-√™tre comme nous le f√Ľmes dans le ventre de notre maman.

Bonne nuit et pensée réconfortantes à celles et ceux qui ont peur de l'orage.