JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Un instant d'Eternité Journal intime créé par pepinette

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Ecriture secrĂšte
 Le sortilĂšge s'enfuirait-il ?
 Le calme aprĂšs la tempĂȘte
 Notre Ă©trange bal masquĂ©
 L'arrogant gendarme et la duchesse aux pieds nus
 Ecriture clandestine
 Discussion polissonnes entre filles
Il ne fait pas bon ĂȘtre une jeune-fille...
 Ouais et si je pensais Ă  m'Ă©clater ?
10   La lĂąchetĂ©, ça suffit.
11   L'Ă©criture d'un journal
12   ParanoĂźa niveau 9 !!!
13   Je n'aime pas le quatorze juillet
14   AĂźe AĂźe AĂźe
15   L'Ă©tĂ©
16   Danser avec le feu
17   Emotions
18   Une, deux ! Une, deux !
19   Il s'appellera Zut, et le prochain se nommera Flute !
20   PĂ©pi, PĂ©pi Croquettes !
21   Des pĂšpĂštes pour Pepinette !
22   Je ne suis pas romantique
23   Il faut que...
24   Ce qui fut fait ...
25   Cette nuit : une mort Ă©vitable.
26   Il est revenu...
Il ne fait pas bon ĂȘtre une jeune-fille...      page publique

Les jeunes_filles se font agresser, violer, tuer. Cela me révolte.

Cela me révolte, lorsque j'apprends -dans le cadre de mon métier- qu'une fille s'est fait agresser sexuellement dans les toilettes de son collÚge, de son lycée? qu'une autre s'est fait violer dans le car des transports scolaires.

Ces faits ne sont jamais mentionnés dans les journaux.Si cela s'explique parce qu'il faut préserver la victime ,je l'entends; mais si c'est pour préserver l'Institution, je le refuse.
Et mĂȘme, sans citer le lieu, ni le nom de la personne, ne pourrait-on informer les gens ce ce qui se passe ici, en France, Ă  cĂŽtĂ© de nous ?

Cette époque est-elle pire que celle de mes seize ans ? Je me souviens avoir résister contre mon premier flirt qui voulait me violer. C'était dans une "boum", il essayait de me tirer par les bras vers une chambre, il me menacait, j'ai réussi à me débattre.
Une autre fois, alors que je devais avoir 13 ou 14 ans, je faisais du vélo avec une copine sur des petits chemins de campagne, quand une voiture nous a dépassées une premiÚre fois. Quelques minutes plus tard, le véhicule est revenu : à bord, deux hommes d'une vingtaine d'années. Nous avons pédalé sur une centaine de mÚtres à folle allure ,poursuivies par cette voiture.Par chance, au bout du chemin ,une famille s'était installée pour pique- niquer. Nous sommes restées un bon moment avec ces personnes . Mais que se serait-il passé ? Rien? Allez savoir.

Aujourd'hui, nous sommes informés quand la victime est morte, ou bien quand elle a porté plainte, mais toutes les autres? Celles qui se taisent parce qu'elles ont par peur, parce qu'elles ont honte ?
Je voudrais qu'on laisse les jeunes- filles vivre leur adolescence en paix, qu'elles ne soient plus la cible de détraqués, des garçons mal structurés ,qui s'imaginent que toute cette chair fraiche leur est destinée.
Les filles ont aujourd'hui des tenues sexy qui montrent beaucoup, et c'est ainsi. Elles veulent ĂȘtre belles, sĂ©duire, mais elles ne demandent pas Ă  ĂȘtre violĂ©es.
Je suis lasse, écoeurée par cette confusion : ce que montrerait une femme appartiendrait à tout le monde et il n'y aurait qu'à se servir. Non, non et non ...
Je suis en colĂšre. On ne touche qu'avec les yeux et on s'arrĂȘte lĂ . Une mini jupe, un dĂ©colletĂ© plongeant ne sont pas une invitation, non. Celles qui les portent ont envie qu'on les trouve belles .Simplement. Alors : foutons leur la paix. Cessons sur le champ ces discours qui consistent Ă  dire "qu'elle l'a bien cherchĂ©", " qu'elle se conduit comme une pute" ...
Ces personnes jugeantes sont- elles dans la tĂȘte de ces filles ? Ne peuvent-elles pas penser que ces filles ,un peu dĂ©nudĂ©es, ont envie d'ĂȘtre aimĂ©es, admirĂ©es? Que les hommes et les vieilles pies mĂ©disantes fassent tourner leur boite Ă  neuronnes et qu'ils cessent de salir ce qui ne le mĂ©rite pas. D'ailleurs, qui mĂ©rite vraiment d'ĂȘtre sali ?