JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie .... Journal intime créé par lisoustouille

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Hey salut !
 My life .... ?! ....
 LA remise en question
 dernier jour de blues
 Moi
 le prof de sport
 quelquechose de pas intĂ©ressant
 Une journĂ©e parmi tant d'autres
 flash - back
10   dimanche 24 juin 2001
11  --------------
12   vendredi 29 juin 2001
13   11 juillet 2001
14   24 mars 2003
15   26 mars 2003
16   jeudi 1er aoĂ»t 2002
17   mardi 06 aoĂ»t 2002
18   mercredi 07 aoĂ»t 2002
19   dimanche 25 aoĂ»t 2002
20   lundi 26 aoĂ»t 2002
21   mercredi 28 aoĂ»t 2002
22   29 aoĂ»t 2002
23   30 aoĂ»t 2002
24   31 aoĂ»t 2002
25   Dimanche, 1er septembre 2002
26   02 septembre 2002
27   03 septembre 2002
28   04 septembre 2002
29   19 octobre 2003
30   05 septembre 2002
31   06 septembre 2002
32   07 septembre 2002
33   07 septembre 2002
34   MÂ’ont-ils remarquĂ© ?
35   Quelle rencontre !
36   Quelle journĂ©e !
37   08 septembre 2002
38   09 septembre 2002
39   10 septembre 2002
40   11 septembre 2002
41   12 septembre 2002
42   13 septembre 2002
43   13 juillet 2001
44   17 juillet 2001
45   les garçons, toujours les garçons
46   jeudi 24 octobre 2002 - 17 H
47   Vendredi 25 octobre 2002 - 11 H 15
48  30 novembre 2003
49   17 novembre 2002
50   18 novembre 2002
51   15 dĂ©cembre 2002
52  --------------
53   28 novembre 2002
54   28 novembre 2002
55   30 octobre 2002
56   jeudi, 21 novembre 2002
57   12 novembre 2001
58   20 mars 2002
59   22 mars 2002
60   26 mars 2002
61   25 avril 2002
62   27 avril 2002
63   14 septembre 2002
64   dimanche 15 septembre 2002
65   jeudi 19 septembre 2002
66   20 septembre 2002
67   21.09.2002
68   26 septembre 2002
69   22 septembre 2002
70   23 septembre 2002
71   24 septembre 2002
72   25 septembre 2002
73   27 septembre 2002
74   26 septembre 2002
75   28 septembre 2002
76   29 septembre 2002
77   2 octobre 2002
30 novembre 2003      page publique

Cher Journal,

Je rentre d’un camp JIC. Malheureusement, les Illfurthois n’y étaient pas. Pas même les fédéraux. Dommage ! En tout cas, j’étais vraiment trop déçue !
En ce moment, ça ne va en plus vraiment pas. Pour les cours, je pense que je ne m’en sors pas trop mal, mais pour le reste, c’est beaucoup plus difficile !
Je m’attache de plus en plus à des garçons/hommes que je ne connais pas beaucoup. Et je me fais des films, des scénarios avec eux. Je crois que c’est pour combler un manque (de tendresse – masculine- !), parce que je n’ai pas de copain, et qu’il ne se passe rien avec Alain.

Sur la fédération de Strasbourg, il y a un gars qui s’appelle Pierre-Luc, alias Pilou et qui est trop beau. Il a 21 ans, et il veut devenir prêtre. (Quel gâchis !) Mais « s’il a eu un appel » comme dirait Simone, c’est comme ça ! Bref ! Et puis je m’imaginais qu’il me kiffait grave, et qu’après une dispute avec Yannick (un Illfurthois- et mon gars dans mes rêves) je me suis imaginée qu’il m’avait consolée, prise dans ses bras, et qu’il m’avait finalement embrassée…. Je m’étais disputée avec Yannick, parce que comme on ne s’étaient pas vus depuis longtemps, (distance) on étaient devenus trop exclusifs, et on s’étouffaient l’un et l’autre. Et on a décidé de faire une pause, et que notre dispute s’était passée exactement comme Ross et Rachel dans Friends (sauf rôles inversés)
Totalement IRRÉEL !

En tout cas, j’étais toute contente, parce qu’à la veillée, j’étais juste à côté de lui (Pilou), et comme on étaient tous vachement serrés, nos jambes se frôlaient et se touchaient constamment. C’était trop bien !

Mais malheureusement, tout cela, ce monde imaginaire, irréel que je me construis à partir de mes rêves, c’est très malsain pour moi. Et ça se répercute de plus en plus sur mon moral. Et j’ai peur que bientôt ça m’empêche de travailler, et que ça ait une incidence sur mes résultats scolaires.
JÂ’essaie de me persuader que la solution Ă  tout cet engrenage, cÂ’est que je me trouve un copain. Mais cÂ’est plus facile Ă  dire quÂ’Ă  faire ! Et puis est-ce vraiment la bonne solution ? Moi-mĂŞme je ne le sais pas, mĂŞme si je mÂ’en persuadeÂ….

Evoquons maintenant le cas Alain. C’est un garçon qui est dans ma classe, tout comme l’année dernière, et dont je suis grave amoureuse. Malheureusement, comme dans beaucoup de situations similaires, cet amour n’est pas réciproque, même si on est de bons amis. C’est dur en tout cas de le voir tous les jours, de ne recevoir que de l’amitié, alors que j’aimerais plus de sa part. Et puis il est vachement timide, alors quand on parle, c’est souvent de cours, de banalités, jamais de sujets très sérieux, et on parle même pas en face, mais avec des mots.
Alors je me demande si je ferais pas mieux de l’oublier, plutôt que d’espérer l’impossible…. J’en suis là, après une longue nuit de réflexion au week-end, avec comme chanson dans le baladeur : « Vivo per leï » de quoi amener un bon coup de blues !

Je commence mon régime sérieusement. Déjà 500 g d’enlevés. Loin de l’objectif, mais j’y vais à petits pas ! J’aimerais demander à Dieu le courage nécessaire, pour m’aider dans cette démarche. C’est vraiment important pour moi d’y arriver.

Je vais te laisser, et aller me coucher. JÂ’ai du sommeil Ă  rattraper !
Bonne nuit – Lisoustouille