JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie .... Journal intime créé par lisoustouille

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Hey salut !
 My life .... ?! ....
 LA remise en question
 dernier jour de blues
 Moi
 le prof de sport
 quelquechose de pas intĂ©ressant
 Une journĂ©e parmi tant d'autres
 flash - back
10   dimanche 24 juin 2001
11  --------------
12   vendredi 29 juin 2001
13   11 juillet 2001
14   24 mars 2003
15   26 mars 2003
16   jeudi 1er aoĂ»t 2002
17   mardi 06 aoĂ»t 2002
18   mercredi 07 aoĂ»t 2002
19   dimanche 25 aoĂ»t 2002
20   lundi 26 aoĂ»t 2002
21   mercredi 28 aoĂ»t 2002
22   29 aoĂ»t 2002
23   30 aoĂ»t 2002
24   31 aoĂ»t 2002
25   Dimanche, 1er septembre 2002
26   02 septembre 2002
27   03 septembre 2002
28   04 septembre 2002
29   19 octobre 2003
30   05 septembre 2002
31   06 septembre 2002
32   07 septembre 2002
33   07 septembre 2002
34   MÂ’ont-ils remarquĂ© ?
35   Quelle rencontre !
36   Quelle journĂ©e !
37   08 septembre 2002
38   09 septembre 2002
39   10 septembre 2002
40   11 septembre 2002
41   12 septembre 2002
42   13 septembre 2002
43   13 juillet 2001
44   17 juillet 2001
45  les garçons, toujours les garçons
46   jeudi 24 octobre 2002 - 17 H
47   Vendredi 25 octobre 2002 - 11 H 15
48   30 novembre 2003
49   17 novembre 2002
50   18 novembre 2002
51   15 dĂ©cembre 2002
52  --------------
53   28 novembre 2002
54   28 novembre 2002
55   30 octobre 2002
56   jeudi, 21 novembre 2002
57   12 novembre 2001
58   20 mars 2002
59   22 mars 2002
60   26 mars 2002
61   25 avril 2002
62   27 avril 2002
63   14 septembre 2002
64   dimanche 15 septembre 2002
65   jeudi 19 septembre 2002
66   20 septembre 2002
67   21.09.2002
68   26 septembre 2002
69   22 septembre 2002
70   23 septembre 2002
71   24 septembre 2002
72   25 septembre 2002
73   27 septembre 2002
74   26 septembre 2002
75   28 septembre 2002
76   29 septembre 2002
77   2 octobre 2002
les garçons, toujours les garçons      page publique

Nous sommes lundi matin, et je me réveille avec les autres filles de la fédération de Strasbourg. On est bien prêtes à entamer la longue ballade qui nous attend. Elle va tout de même durer toute la journée, mais ce n’est rien, comparé à tout le temps que je vais pouvoir passer avec Y… !
Pendant le petit déjeuner, j’en profite pour prendre des forces avec un immense bol de céréales, et un grand verre de jus d’orange.
Après une demi-heure de petit déjeuner et de préparation d’affaires, je me rends compte que Y… n’est toujours pas levé. Est-il malade, ou trop fatigué pour faire la ballade ?
Non, ça y est, je le vois qui sort de sa chambre, avec une tête jusque par terre, et je me dis que ce n’est sûrement pas le bon moment d’aller lui dire bonjour, sinon, je risque de me prendre un vent !
Il passe devant notre chambre, me regarde sans me dire bonjour, comme s’il ne m’avait jamais vu… Autant vous le dire, je suis dégoûtée !
J’essaye de me faire une raison, en me disant qu’il n’a sûrement pas trop la tête à ça, mais je suis quand même terriblement déçue !

Au fur et à mesure que les minutes passent, je me rends compte que ma situation est de plus en plus désespérante. Nous sommes maintenant arrivés sur le lieu de la ballade et Y… ne m’a toujours pas adressé la parole… Claire essaye de me réconforter, et me dis que je devrais peut-être aller le voir pour parler avec lui. En tout cas, je suis maintenant sûre d’être amoureuse de lui !
Je continue tranquillement la ballade, Ă  rigoler avec MÂ… et CÂ… mĂŞme si je ne suis pas totalement avec elles, jÂ’ai une partie de moi-mĂŞme qui nÂ’arrive pas Ă  ĂŞtre heureuse Â…

Arrivées en haut de la montagne à 2500 mètres d’altitude, nous mangeons notre pique-nique, et en profitons pour appeler nos parents pour pouvoir leur dire qu’on se trouve à 2500 mètres d’altitude, histoire de les provoquer !
On a à peine fini de nous reposer qu’il faut déjà redescendre, sinon, gare à la pluie qui nous guette ! Le retour se fait beaucoup plus facilement : c’est moins raide que quand il faut monter ! Et puis c’est moins crevant que de monter, enfin, même si les mollets en prennent toujours un sacré coup !
Une fois arrivés au bas de la station de téléphérique, nous nous répartissons dans les différentes voitures afin de regagner le chalet.
Y… se précipite pour se mettre avec les autres pendus. Décidément, il faudra que je me fasse une raison !

Arrivée au chalet, je me pose sur mon lit, et je commence à lire un magazine d’ados, ça me passera le temps jusqu’au repas de lire des conneries, et puis ça m’évitera de déprimer !

Mais je n’ai pas le temps de finir la première page, que je vois Y… qui se dirige vers mon lit.
J’ai une énorme poussée d’adrénaline, d’autant plus que monsieur n’est vêtu que d’un simple boxer moulant ! Ben oui, avec un gel douche à la main, je comprends qu’il va prendre sa douche, mais pourquoi vient-il me voir ?

Il entame la conversation, voyant que j’ai l’air un peu déprimée …
« Y a quelque chose qui va pas chez toi pour que tu sois triste comme ça ? »
« Je crois ouais… mais c’est pas très clair dans ma tête … »
« Tu veux en parler ? »
Je laisse un blanc. Je pense qu’il réalise que je vais pas bien à cause de lui.
Il rajoute après quelques instants :
« Je vais prendre ma douche, et quand je remonte, on en profite pour parler tous les deux, ça marche ? »
« Ok, à tout à l’heure »
Et il s’en va. A ce moment-là, tout se mélange dans ma tête, je ne sais pas si je dois lui dire la vérité, la vraie raison pour laquelle je suis pas très bien, ou alors inventer une excuse bidon pour éviter une prise de tête…
Après quelques mots avec C… et M… je me décide à lui dire la vérité, ce sera plus simple comme ça, et ça évitera tout malentendu.

Je lÂ’attends donc en continuant la lecture de mon Girls.

Il est exactement 16 H 42 quand je l’aperçois dans l’entrebâillement de la porte, comme s’il n’osait pas rentrer. Il avance finalement, et se dirige vers le lit qui se trouve à côté de mien. Il s’allonge dessus, et me prend dans ses bras. Je n’a pas la force de lui dire que je n’ai pas envie qu’il me prenne dans ses bras après ce que j’ai vécu toute cette journée, mais je n’arrive pas à le lui dire, ni à lui faire comprendre.
Il commence par me dire :
« Tu sais, je me suis demandé pendant ces deux jours ce que je ressentais pour toi. C’est vrai que tu me plais beaucoup, mais la distance rend les choses plus difficiles.
Mais je voulais m’excuser pour l’attitude que j’ai eu envers toi aujourd’hui. C’est vrai que j’avais besoin de faire le point, et d’en parler avec les autres « pendus » J, mais je reconnais que c’est pas une raison pour te mettre à part et t’ignorer … désolé !
J’espère que t’arriveras à me pardonner… »
« Bien sûr grand méchant loup que j’y arriverais ! Tu t’es excusé, je trouve ça vachement attentionné de ta part ! »
« Bon ben, j’ai le droit de te faire un gros câlin ? »
« Bien sûr que oui ! »
Et il me prend tout fort dans ses bras !

Contente dÂ’avoir mis cette situation au clair, je suis de nouveau toute prĂŞte pour faire des batailles de nourriture pendant le repas !
MĂŞme si cÂ’est dur dÂ’avaler quÂ’on ne sortira pas ensemble Â… Ă  cause de la distance !