JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Be There. Journal intime créé par Syrup

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Restore Life
 Escape it all
 Purpose
 No Rest For the Wicked
 Unfold me
 Run out.
 Back on top.
 ...
 Final countdown
10   Bring the Light
11   Welcome to the Future...
12   Chapter's End
13   Welcome !
14   All I need
15   Questionnement
16   I'm Over him
17   Free from Desire
18   Maybe in another Universe
19    Thrilling Wings
20  --------------
21  --------------
22  --------------
23   Castle in the Snow
24   Ask me, Touch me.
25   Feel so close to you
26   Lettre à moi-même
27   Leave out all the rest
28   I'll be missing you...
29   Run
30   Echo
31  --------------
32   I ain't sorry.
33   What's wrong with me
34   It's been a long time
35   To the next time...
36   To be continued...
37   One More Light
38   Emptiness
39   Fuck
40   To the Music I belong
41   Wolves
42   Free Falling
43  --------------
44  --------------
45   Soul
46  To build a Home - Exécutoire
To build a Home - Exécutoire      page publique

J'ai peur qu'il me quitte pour une autre.
Qu'il tombe amoureux d'une autre femme.
Qu'il s'aperçoive qu'il y a bien mieux ailleurs et que je ne lui apporte ni ce dont il a besoin ni ce qu'il souhaite.
Que je sois trop fade, inintéressante.

J'ai peur que cette peur me consume et l'atteigne.
Et si je ne fais rien pour la régler c'est ce qu'il va se passer.
Je serai mal, en détresse, il le sentira. Il sera compréhensif au départ et puis cela va très vite l'agacer. Le manque de confiance va l'éloigner de moi et ce que je redoute arrivera.

Ma peur crée le scénario que je redoute tant.

Et je ne peux pas laisser les choses se dérouler de cette manière.
je ne veux pas.
Il faut que je combatte ma peur, que je la comble.
La peur est une émotion normale et adaptée. Elle est là pour nous protéger, pour que l'on mette en place des comportements de protection. La peur est présente lorsqu'on est face à un danger immédiat.

L'anxiété est un dérivé de la peur. C'est le sentiment que l'on ressent face à une situation qui n'est pas présente, que l'on anticipe et qui n'arrivera peut-être jamais.

Ce que je ressens aujourd'hui c'est de l'anxiété. Car il n'y a pas de danger réel.

C'est ma tête qui se monte ce scénario terrible.

Il faut que je modifie cette façon de penser.
Mais tout d'abord, d'où vient-elle. Puisque nous sommes toujours intéressé par le savoir, l'émergence de nos fonctionnements.

J'ai toujours eu l'impression de ne pas être à la hauteur. De ne pas être assez intelligente, assez intéressante, assez belle.
Si je dois résumer, je ne suis pas assez.

Je pense que cette impression vient du fait qu'enfant je n'ai pas ressenti suffisamment d'amour de mes parents. J'ai toujours eu cette sensation qu'il fallait que je sois parfaite pour qu'ils m'aiment.
Parfaite à l'école, parfaite en sport...
Et j'ai tout fait pour l'être, réussissant parfois.
Mais j'avais la sensation que ce n'était pas assez.

Et à l'école, que ce soit à la primaire, au collège, ou au lycée, j'ai toujours été rejetée par les autres.
Ce qu'on appelle aujourd'hui du harcèlement, j'en ai vécus.
Cette sensation qu'on ne peut pas être apprécié des autres est ancrée au plus profond de moi.

Pas d'histoire d'amour. Enfin si, mais à sens unique bien évidemment.
Des peines de cœur qui en découlent.
L'impression de ne signifier rien pour personne.

Cette sensation que la vie n'a aucune valeur, pas la moindre saveur.

Et puis, la fac, les hommes qui se servent de toi car ils s'aperçoivent à quel point tu es vulnérable. A quel point tu es en recherche d'amour.

Des déceptions, des regrets. Une profonde amertume.

Cela m'a conduit à des comportements à risque. L'alcool, les mises en danger, le désintérêt total de ce qui pouvait m'arriver.
Et toujours au fond, la volonté d'être "vu" par quelqu'un.

A cette époque là, j'étais une jeune femme plutôt jolie (contrairement à l'adolescence).
Et je n'avais pas de difficulté à séduire mais par contre, les hommes ne restaient pas.
Je n'arrivais pas à les garder.
Toujours quelque chose qui cloche chez moi.

Et puis, un jour, j'ai rencontré mon ex.
C'est alors déroulé une histoire d'un peu plus de 6 ans.
Belle au départ.
Mes craintes qu'il parte pour une autre déjà présente.
Elles ont toujours été là, en toile de fond, créant des disputes.

Et puis la relation s'est détériorée. Lui n'allait pas bien et moi je me suis réfugiée dans le travail.

Des reproches, un sentiment amer l'un envers l'autre, des crises de colère de sa part, des abus et des violences.

Mais je pensais qu'on pouvait réparer.

Et puis de moins en moins d'effort de sa part. Certainement moins d'effort de mon coté également.

J'ai perdu espoir mais je n'avais pas la force de le quitter. J'ai souhaité plusieurs fois qu'il le fasse.

Mais lui aussi a été lâche.

Jusqu'au jour où j'ai reçu son message.
Un message sur facebook pour mettre fin à 6 ans de relation.
Je n'ai eu droit qu'à ça. Une discussion par écran interposé.

Et bien entendu, il y avait une autre femme.
Une autre.

Cette séparation a été difficile. Mais je ne la regrette en rien. Je suis même plus que reconnaissante qu'elle ait eu lieu.
Elle aurait juste dû se dérouler autrement car elle est venue ajouter un argument à ma peur.

Mais il faut que je remette les choses à leur place.

Je peux être "celle qu'on peut aimer".

Mes parents m'aiment profondément, même s'ils ne sont pas démonstratifs, je ne peux pas dire qu'ils ne m'aiment pas.
Au contraire, je vois bien qu'ils m'aiment comme je suis et qu'ils sont fier de moi, de ce que je suis devenue.

Mes amies, j'en ai de longue date. Et des nouvelles amitiés également. Ils me montrent de l'amour, de l'attachement. Des personnes pour qui je compte, qui ont été présent pour moi dans les moments difficiles.

Je suis appréciée de mes collègues de travail, je suis quelqu'un dont on apprécie la compagnie.

Concernant mes relations amoureuses, pour mon ex, si on doit remettre les choses dans leur contexte, il ne m'a pas quitté pour mieux.
Il n'était plus amoureux depuis un moment, tout comme moi.

Mais l'habitude, l'attachement, la toile que l'on avait tissé et la lâcheté, tout cela a participé au fait que l'on reste ensemble.
Mais il n'y avait plus d'amour.

Et donc, un champ libre pour quiconque viendrait dans la lumière.
Et c'est ce qui s'est passé.

Ce n'est pas ma faute, ce n'est pas moi. On ne s'aimait plus. On était pas sensé finir ensemble.

Quand on est amoureux, il n'y a pas de lumière pour les autres.

On en vient donc à la question finale.
Est-il amoureux de moi ?
Il m'a déjà avoué ses sentiments, nous vivons ensemble, nous sommes confinés ensemble et nous le vivons très bien.
Nous avons des passions communes, des projets, une vision de la vie partagée.

Je le vois dans ses yeux, dans ses gestes, dans ses paroles qu'il m'aime.

Il ne pourrait pas rester tout le temps avec moi si ce n'était pas le cas.

C'est étrange à quel point cette petite voix retentit encore en moi "mais qu'est-ce qu'il me trouve ?"

Et je repense à tout ce que j'ai écris.
Bien sûr, j'ai des faiblesses, je ne suis pas aveugle. Mais j'ai également des qualités, des forces, un tempérament, des traits de caractère, une façon de voir le monde qui font de moi quelqu'un digne d'être aimée.

Et je suis aimée.

Par ma famille.

Mes ami(e)s.

Mon amour.


.