JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Survivre à la vie. Journal intime créé par Ange noir

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 21/07/03 Une bombe latino
 Avouer enfin
 Pourquoi "Ange noir" ?
 Bad girl ? Je n'ai jamais dit que j'étais gentille.
 Jeux osés
 Je suis bi. Et alors ?
 Différente ?Et alors ?
 Un nouveau secret à vous avouer
 J'ai besoin de mon demi-frère
10   1 )Autour du sexe
11   2)Autour du sexe
12   3)Autour du sexe
13   4)Autour du sexe
14   5 ) Autour du sexe
15   Il va y avoir du spoooort
16   C'est chaud !
17   Je manque de lui.
18   L'amour avec qui l'amitié accepte de rimer
19   Réflexion à propos d'AA
20   Réflexion à propos d'AA
21   Réflexion à propos d'AA
22   Réflexion à propos d'AA
23   Folles nuits. Folles journées.
24   Tourbillon d'émotions
25   La première fois
26   Appel au secours 1
27   Appel au secours 2
28   Appel au secours 3
29   Appel au secours 4
30   Oublier dans tes bras
31   Casser
32   Réparer
33   CASSER.
34   Je mène un double jeu.
35   Faire l'amour. Faire le mal
36   Fermée à l'amour
37   Un aller simple pour le paradis
38  Frérot
39   Amour
40   Beauté. PS : lisez avouer enfin
41   Se caresser, s'embrasser...
42   L'amour est atroce
43   J'en ai marre
44   ÃŠtre bi et l'avouer ? Je l'ai fait.
45   Rêver d'un monde en couleurs
46   AA m'a sauvée la vie.
47   Quotidien misérable.
48   Quotidien misérable
49   Quotidien misérable 3
50   Quotidien misérable 4
51   Quotidien misérable fin
52   Etrange comme la vie est étrange.
53   D'ici mon amour
54   La vie est sale boy sous ses étoiles
55   Suis-moi ! On va au paradis
56   Et que ton sexe me glisse entre les mains
57   Si tu penses à moi, alors masturbe-moi !
Frérot      page publique

La cloche de l'église sonne, il est 7 h du matin, le coq chante, le jour se lève.
Je pense à 120, mon demi-frère que j'aperçois tous les jours mais que je n'ai jamais serré dans mes bras. Des fois je rêve qu'il est tout prêt de moi. Je pleure. Je lui dis que je l'aime. Je lui conte mes malheurs. Je lui demande d'être toujours là et de me protéger. Je vois de moins en moins 120 mais j'en entends toujours parlé sous son pseudonyme. En fait il s'est donné un prénom arabe parce qu'il sort avec une algérienne, soeur d'un copain Mo(garçon), dont les parents sont racistes. Il était bien obligé de changer son nom, il a une tête de français, la même que moi même si je suis à moitié algérienne. 120 et moi nous ressemblons et je déteste cela. J'ai tellement peur quand nous sommes à côté que quelqu'un se rende compte que nos traits sont les mêmes. D'ailleurs je pense que certains s'en sont rendus compte comme je m'en étais moi-même rendue compte il y a longtemps. Mais en fait cela parait inimagineable, totalement impossible que nous soyons parents. Voilà pourquoi personne n'y pense. Pourtant 120 est mon frère. Je vis tous les jours avec cette pensée sans en souffler mot à personne.