JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


MY LIFE, MY DIARY Journal intime créé par Befreeandwild

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 Il était temps
 Arnaud
 My life
 Envie d'écrire
 Meilleure amie perdu
 Réflexion
 Courte, très courte présentation
 Arnaud 2
 Soiree de merde qui s'annonce
10   Arnaud 3
11   Liens d'amitiés
12  --------------
13   Holidays
14   QUOOOOOOI!!
15   Arnaud 4
16   16e page
17   J'ai pleurée
18   Arnaud 5
19   Aucun titre ne me vient à l'esprit
20   Déprime en vue, SAD en vue ?
21   Le seul
22   Famille ?
23   Antoine
24   Blabla
25   Ma demi-soeur
26   17 juillet!
27   Juline Nate
28   A VOUS !
29   Antoine 2
30   J'ai envie
31  J'ai envie de retourner à Paris
32   Arnaud 6
33   MAGNIIIIIFIQUE
34   Arnaud 7
35   Vida loca
36   La Corse
37   Omg
38   Racontage de vie
39   Encore du changement
40   ... je pleure
41   Fumer
42   A bientôt !
J'ai envie de retourner à Paris      page publique

Salut Sasha,
Aujourd'hui je me suis mis des écarteurs, j'aime bien c'est jolie. J'ai bronzée aussi, et maintenant je suis rouge et je brule de partout, j'ai fais une tentative pour dormir à quatre pattes mais j'ai pas réussie, j'ai fini par m'endormir sur des sacs de glaçons, awiii ça va loin.
J'ai passée la journée avec Nate, on a couchés ensemble c'était bien, vraiment..
M'enfin petit texte qui m'est venu à l'esprit après 3 joints :

On passe nos journées à fumer la vie comme si il ne nous resté plus que ça, on sniff le bonheur à tout bout de champs. On devient accro à l'amour, un peu comme la cocaïne. On plane, comme un oiseau, on se défonce à la jalousie, rien qu'une petite dose et on vrille. Dis gros, fait tourner le oinjs, juste une petit barre d'adrénaline. Viens on fait un saut et on se scratche sur le sol. On continue à faire style que tout vas bien. Autant continuer, rien qu'une soixantaines d'année à fumer la vie avant qu'elle ne nous fume. Dis man, fait péter le cerveaux, détruits les sentiments douloureux et continuons de fumer, fumer à en crever, à rester dans un délire interminable. FUME FUME FUME.