JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


♣... Lës cris dë lä Fëe ...♣ Journal intime créé par Lärme de säng

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 MĂ«läncölĂŻe
 LĂ‹S FĂ‹Ă‹S
 Le RĂ«töur dĂ«s FĂ«es
 Petite Lärme de säng
 PĂ«nsĂ«es
 Lä LicĂ–rne
 Mutilations
 Märre
--------------
10   LĂ„ fĂŹn
11   Â….. PrĂŹncĂ‹sSĂ« DĂ«s NĂ«ĂŹgĂ‹s Â…..
12   LĂ‹ LĂ–ĂĽp
13   FĂŹnäl... FĂ„NTäsy
14   CHĂ„Ă–S
15   CĂ„uchemĂ„r
16   L'impressiĂ–n d'ĂŞtre une prĂ–ie
17   Elle pleure.
18   Â°Â°Â°Yunie°°°°
19   SĂ–ĂśRĂŹRĂ‹ Ă‹CHĂ„NTĂ‹
20   ... Lä MĂĽse dĂ« l'Ă«crĂŻväin
21   EphĂ«mĂ«re
22   EtĂ«rnĂ«lle NĂĽit
23   FĂśNĂ„MBĂśLĂ‹ prend ma main
24   SĂĽicidĂ«
25   Ronge la solitude.
26   Dame MĂ©lancolie t'a emportĂ© dans ses bras de sang
27   MĂ–nstre
28   Linkin Park et moi
29   Page banale de journal intime : comment survivre aux cours ?
30   DĂ©moniaque
31   ExtrĂ„it imĂ„ginĂ„ire
32   Princesse souillĂ©e dans son propre sang
33   Mon suicide
34   Â°Â°des mots pour ne rien dire°°
35   Encöre Ă«nviĂ« dĂ« mĂ–urir
36   DĂ©cision de mourir, mais peur de faire du mal Ă  mon frère, que dois-je faire ?
37   Â°Â°Â°DĂ©solĂ©e°°°
38   Je sais ce que vous vous dites.
39   (ÂŻ`·¨RĂ‹gĂ„rdĂ‹ lĂ‹s FĂ‹Ă«s¨´¯)!
40   A trop jouer avec le feu, on se brĂ»le.
41   Â¨..¨Fuitedunejoienpeine¨..¨
42   Le cafard du dimanche soir ...
43   NUMB ou l'impression Ă©trange de voir sa vie dans un clip
44   AĂŻles cöupĂ©es d'une fĂ«e sans visäge
45   NympheDeFeu
46   Coup de blues du dimanche soir
47   MĂ–RTĂ‹ DĂ‹ SĂ„TĂŹN
48   Etrangère
49   Ă„ĂĽx Ă„möurĂ‹ux dĂ« fĂ„ntasĂż
50   Petite fille
51   Söuvenirs personnĂ«ls
52   Ma nuit sans sommeil Ă  cause d'un piercing absent
53   pa rö les
54   PĂ©tale de sang d'une fleur fänĂ©e
55   J'arrive plus Ă  Ă©crire.
56   Festival de la BD
57   (ÂŻ`·-_-¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨-_-´¯)
58   Dimanche soir, espoir
59   Le mal jamais ne meurt seul le bien est mortel
60   Dernière nuit d'une reine
61   Problèmes alimentaires
62   Banal mardi d'octobre
63   ArrĂŞter de grandir
64   NĂ«ige
65   PensĂ©es hideuses comme la vase d'un marĂ©cage fumant d'un temps immortel
66   DĂ©lire habituel
67   Â°D-E-P-R-I-M-E° + reflexion sur le suicide
68   Bonnes rĂ©solutions
69   Comporment Ă©trange
70   Causes qui me tiennent Ă  coeur
71   nothing
72   Â°Â°Â°Â°Â°Â°Â°Â°ECoRCHĂ©E ViVe SoUS La LAME eNNEMIE°°°°°°°
73   ...L'envol d'une âme...
74   Virgin Suicide
75   suite (bis)
76   Je dĂ©teste l'ART
77   Nadja
78   Page de plaintes ridicules et infantiles
79  --------------
80   -(ÂŻ`·Petit Prince·´¯)-
81   La dĂ©prime : le retour, Ă©pisode II
82   Encore NUMB
83   Mes plusieurs personnalitĂ©s
84   INCURRABLE ET FIERE DE L ETRE
85    .
86   CrevĂ©e
87   )RĂ–ĂśSSĂ„LKĂ„(
88   La dĂ©prime : le retour, Ă©pisode III
89   Prof d'art pla ... moi ?! Immature, moi ???!!!!
90   Papillons
91   Chapitre 1 ...
92   Chapitre 2...
93   Chapitre 3 ...
94   Chapitre 4 ...
95   "La prophĂ©tie des pierres"
96   Chapitre 5 ...
97   .... HYSTERIE stop HYSTERIE stop HYSTERIE stop ...
98   La colère qui me consume et les raisons de cette RAGE permamante
99   _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
100   Au revoir doux AVENIR rĂŞvĂ©, bonjour rĂ©alitĂ© cauchemardesque
101   IncapacitĂ© communicative mère/fille
102   L'Ă©nervement, l'Ă©nervement, la colère et la rage
103   LA crise, LE pĂ©tage de plomb, âmes sensibles s'abstenir
104   DĂ©lire rouge
105   Non, je veux pas chanter, merci...
106   Tisse tes plaies avec du fil d'or
107   Petit frère
108   Philosophie personnelle sur la vie
109   Gaspillage virtuel de page
110   Les deux Tours ou la drogue qui me consume
111   (ÂŻ`·¨pensĂ©es sur la Mört¨´¯)
112   Une plainte de plus sur un avenir obscur, doisje me couper la main, et ainsi avoir la certitude que je ne pourrais jamais plus dessiner ?
113   Une journĂ©e de moins Ă  vivre ( ironie dĂ»e Ă  la fatigue nerveuse )
114    -Tolkien-
115   遖 Dame Blanche 遖
116   ...✳PAS ENVIE ( de vivre )✳...
117   L'abĂ®me
118   Petite Plainte Sur La Routine LycĂ©enne
119   ミ liens du sang ミ
120   ... 糸 Passer au travers des mailles du filet 糸 ...
121   THE CRISE . ATTENTION ... petite Lärme de Säng Ă  le regard qui saigne ...
122  RĂ©cits d'une âme de plus en plus dĂ©rangĂ©e
123   Horrible horrible horrible
124   J'adore la grippe, vive la poisse
125   Coup de blues habituel
126   suite
127   Un pas de plus dans le vide, quand vais-je enfin tomber ?
128   Je ne parle pas Ă  la lĂ©gère... je ne sais plus quoi faire aidez moi pitiĂ©
129   Ecriture automatique
130   "Cher journal, je hais NoĂ«l "
131   Il Ă©tait une fois
132   -(ÂŻ`· FaRmEr ·´¯)-
133   RĂ©cits divers d'une vie poussiĂ©reuse
134   " tu es la honte de la famille" ( merci, ça me va droit au coeur )
135   LibĂ©ration des mauvaises pensĂ©es sur le thème habituel
136   鼡 Leur regard ensanglantĂ© me fixe ... 鼡
137   Nöel, coulis de violences pour un rien
138   Â¨..¨CĂŻTäTĂŻĂ–nS¨ pöëtĂŻqĂĽĂ«s ¨..¨..
139   ...ELLE EST REVENUE...
140   "la rose Ă  l'Ă©pine pour amie"(proverbe afghan) => tel l'asocial et la solitude ?
141   Le Mal du SiĂ©cle ?
142   Je vous emmerde en cette nouvelle annĂ©e. ( je ne rigole pas )
143   Somnifère
144   Dispute viande et thĂ© Ă  l'orange
145   4/20 => avec des notes pareilles, pour sĂ»r j'aurai le bac
146   Viens de sĂ©cher toute la journĂ©e, je me hais, j'en ai marre, pourquoi j'ai fais ça ?
147   abattez moi je mĂ©rite pas ma chance
148   j'ai mentis pour la chorĂ©
149   Pelote de veines
150   la terre tourne, les oiseaux tournent, la tĂŞte tourne, les idĂ©es tournent, aaaaaaaaa
151   Je vais rater le bac parce que je suis trop timide
152   Suite de mes infantilitĂ©s liĂ©es Ă  l'imprĂ©visibilitĂ© de ma personne stupide
153   Elles sont devinĂ©, maintenant elle me regarderont plus jamais comme avant
154   Spectre
155   Gothisme, non
156   page inutile
157   CafĂ© - thĂ© - bac - autostop- flemme = ?
158   L'Homme et sa grande majuscule qu'il ne mĂ©rite PAS
159   DĂ©cision
160   philo sur le suicide
161   dommage que les somnifères tombent pas du ciel ça m'arrangerait fortement
162   ma mère
163   programme vera -t- il sa fin ?
164   nohemhcjmgjrepzĂątrlcetv
165   Ă  quoi bon Ă©crire ?
166   .........................................................
167   Crise de hier soir
168  --------------
169   TOI qui passe par lĂ  !!!
170  --------------
171   pas envie de mettre un titre
172   journĂ©e pourrie sur la longue liste des journĂ©es pourries
173   je hais les mĂ©decins
174   Quelques mots
175   Avancer, et se perdre, se noyer et comprendre, ignorer et s'enfuir, oublier c'est il est trop tard
176   MutilĂ©e
177   NĂ«rval
178   PoĂ«me
179   mes notes, ou plutĂ´t, ces choses rondes aux allures de zĂ©ro
180   Plaintes
181   Ne me laisse pas mourir ici
182   Qui est la fautive ?
183   Le Cri Du Corbeau
184   L'ange sans ailes
185   HAINE
186   MeSensPasBienDuTout
187   Gäteau de sang
188   Bac blanc et auto-stop
189   "Hello" evanescence
190   DĂ©cès d'une fĂ©e
191   FĂ©e De Säng
192   FatiguĂ©e... veux me rĂ©fugier dans les bras de MORPHĂ‹E...
193   Lasse, " tenez vous Ă  la vie ?"
194   RĂŞves
195   Le bac, encore le bac, toujours le bac, la dĂ©chĂ©ance de la feuille blanche de ce matin, misĂ©re, je meurs
196   Petite Frère
197   NĂ©nuphars
198   Je veux que le temps s'arrĂŞte
199   Une heure
200   Donne moi ton sang avant que la neige ne recouvre les plaies du Soir
201   FOLIE
202   Une page Inutile
203   La Mort
204   "La Dame Au Linceul"
205   Impatiente, Ă©nervĂ©e, furieuse, hystĂ©rique, enragĂ©e, stressĂ©e ... qui veut m'assomer que ça me calme ?!
206   Proverbes Chinois
207   Ma recontre avec un couple d'ivrogne
208   Vos cris me font mal
209   Histoire inventĂ©e
210   VĂ©gĂ©tarisme, enfance, animaux, Ă©quitation
211   J'adresse un message Ă  la vie
212   La vie est une douleur que seule la mort peut apaiser
213   Actu
214   Est-ce que ceux qui pleurent sont des faibles ?
215   Sacrifices humains dans les civilisations prĂ©-colombiennes( exposĂ© )
216   Regarder le vide, fantsmer sur l'attrait du sol, se sentir attirĂ© par le vent vers le gouffre
217   L'ironie qu'engendre la fatigue d'insomnies frĂ©quentes pour une âme qui s'auto-dĂ©range toute seule
218   Elle
219   Le Vide
220   JournĂ©e maussade, ainsi que le seront toutes les prochaines journĂ©es de mon existence de mĂ©chante
221   Une barque Ă  la dĂ©vive vogue vers la chute
222   SoirĂ©e maussade de cette journĂ©e maussade
223   Imagine
224   Anges
225   Un geste pour eux
226   Encore paroles
227   PoupĂ©e de chiffon
228   Froide... je suis un bloc de glace...
229   Envie profonde de suicide, c'est reparti, j'espère que c'est le bon train cette fois, par celui qui s'arrĂŞte en marche
230   marre
231   Nuit de hier (1)
232   Nuit d'hier (2) ou la boucherie hĂ©roĂŻque
233   Nuit de hier (3 )
234   Il pleut des lames de rasoir, les Ă©gouts sont en sang...
235   Page inutile parce que rien d'autre Ă  faire que d'Ă©crire
236   PĂ©tale
237   Divorcer avec soi-mĂŞme
238   Associale
239   Contradiction
240  --------------
241   Lärmes
242   Stephen King
243   Mauvaise
244   Â« S'il existe un enfer en ce monde, il se trouve dans le cÂśur d'une personne mĂ©lancolique »
245   Conversation avec ma conscience
246   Il fait si froid...
247   Larmes blanches tombent des arbres morts...
248   La lune tuera les Ă©toiles
249   PoupĂ©e aux yeux crevĂ©s
250   Mal
251   "C'Ă©tait l'hiver"
252   FF X-2 prisonnier des mots
253   Les nerfs qui lachent
254   Remplir les pages vides
255   Grand-père
256   Veux pas y retournnnnneeeeerrrrrr ! PitiĂ© tout mais pas ça...
257   RentrĂ©e
258   VENGEANCE
259   Morceau 11
260   La lune a tuĂ© le soleil
261   Elle m'Ă©nerve
262   1
263   Mystère
264   Ca saigne
265   Merde
266   N'ĂŞtre plus
267   Valse thĂ©atrale
268   Je ne vois rien, le vide est trop grand, et je suis trop petite, le monde est immense, et je suis minuscule
269   Spleen
270   Des lyres
271   Que le bac s'enflamme et pourrisse, ça me rĂ©jouirait fortement
272   Plongeon dans l'abĂ®me
273   Encore des paroles, mais que serait le monde sans elles
274   Ca va pas bien du tout ;-(
275   Tr-i ... s... TES?sse???=== !
276   Faut que je change
277   La dĂ©chĂ©ance d'une bonne Ă  rien
278   Le roi mort
279   " Les rĂŞves faut se jeter dedans sans avoir peur de se cogner au fond."
280   Oublier de vivre
281   SPLEEN
282   Qui sĂĽis-je ?
283   RobotisĂ©e
284   Â°Â°Â°Zombie°°°
285   HIER
286   FFX-2
287   Petite Soeur
288   Joie momentanĂ©e : normal ? drogue ? rĂŞve ? quoi ?
289   Mes gĂ©niteurs
290   But you know I'll always be right there
291   Shinning
292   Les pieds et les mains liĂ©s
293   Neige de chocolat blanc
294   (ÂŻ`·ANTIGONE·´¯)
295   RAGE
296   ... La dĂ©chĂ©ance de mon ignorance ...
297   Celles des autres
298   Besoin d'Ă©criture, frĂ©nĂ©sie verbale
299   la vie est un théätre. Et je ne veux pas jouer.
300   Mes conneries vont se retourner contre moi
301   H A ĂŹ K U
302   Non au Printemps
303   Le sang Ă©clabousse le ciel pour l'immortaliser de sa teinte
304   Les Français savent pas conduire
305   Mon âme a Ă©tĂ© brĂ»lĂ©e vive
306   Je m'ennuie
307   *´¨ ) Primate Ă©lectrique *´¨ )
308   AnesthĂ©sier mon coeur
309   Me dĂ©teste, me dĂ©teste, me dĂ©teste !!!
310   Monologue avec mon inconscient
311   A bas le soleil
312   Textes
313   MaCaBrE
314   Conseil de classe en larmes
315   Rien d'important
316   L'Art du DĂ©gueulasse
317   L'Ombre du Manuscrit
318   Triste
319   JournĂ©e banale d'une lycĂ©enne banale
320   ... En perdre la raison... jusqu'Ă  la perdition...
321   GuĂ©rir
322   Mâchoire d'une pierre tombale
323   La SociĂ©tĂ© de notre Admirable Espèce ( ironie )
324   RĂŞve
325   Anonyme
326   On m'a jetĂ© un sort, je crois
327   Le coeur qui bat
328   Ils m'ont fait manger de la viande ces *********
329   Une âme PĂ©rimĂ©e
330   Il l'a fait . :-(
331   Positivons
332   Songer
333   Peur de l'Avenir... de me retrouver toute seule...
334   MĂ©lancolique
335   Des fĂ©es et des maux
336   LassitĂĽde
337   Phobique sociale ?
338   " t'es une honte dans la famille" ( papa, maman, un jour vous serez libĂ©rĂ©s, vous en faites pas )
339   Ca colle au contexte
340   Pourquoi je met ça ?
341   Citation
342   L'art ( du dĂ©gueulasse encore une fois )
343   Il a neigĂ©
344   Toujours, encore. Encore, toujours. Que dire de plus ? Tout est dit.
345   AnTigoNe
346   BLUES
347   Besoin d'aide
348   Je ne m'aime pas
349   ...
350   Conversation avec ma conscience
351   Indochine
352   Trouillarde
353   Re-paroles
354   Rapide coup d'oeil de "l'opĂ©ration"
355   Une journĂ©e de lassitude extrĂŞme
356   RĂ©pĂ©tition, je sais
357   Crise
358   ..........PoĂąqdfj ofzpererttr
359   DĂ©lire d'une âme dĂ©rangĂ©e
360   EXTRAIT
361   Des mots qui ne veulent rien dire
362   Page banale de journal intime
363   TOUJOURS la mĂŞme chose....
364   Page banale sur ma terne et fade journĂ©e de lycĂ©enne dĂ©motivĂ©e
365   Remix
366   Le bac
367   EvOlutiOn
368   Sur le nuage de braise
369   Les harpes pleurent l'ultime saignĂ©e
370   GL
371   Famille, colère et alimentation
372   Ennui et SamouraĂŻ
373   Macabre
374   Orientation inexistante
375   Crise de nerf
376   Un agneau qui va se faire Ă©gorger
377   :'-(
378   Humains je vous hais
379   Ma tendre et chère famille ( ironie )
380   Potins sur ma poussiĂ©reuse vie sociale et familiale
381   Beaux-Art et bac : plaintes
382   Dans un sac
383   Ma mère est folle
384   L'indiffĂ©rence
385   La petite fille
386   Serpent
387   Des cadavres de fĂ©es...
388   Un collier de fĂ©es
389   Sur mon petit iceberg
390   Manger ça fait mal
391   Faut-il s'abstenir de penser pour ĂŞtre heureux ?
392   Coup de gueule
393   L'art du Sang
394   Brin de solitude textuelle
395   Pocahontas, certes....
396   InterĂŞt
397  --------------
398   Jouer avec les ciseaux de sa maman
399   Page banale de journal intime
400   Le Mal jamais ne meurt, seul le Bien est mortel
401   GrippĂ©e deux semaines avant le bac
402   La fĂ©e
403   MIROIR
404   Je ne veux pas quitter le lycĂ©e
405   Pierrot Ă  la pĂŞche aux fĂ©es
406   Et faire des richochets dans l'eau
407   Le dĂ©part de Merlin
408   ...Les Muses...
409   Je ne veux pas ĂŞtre sauvĂ©e
410   ...NostalgĂŻe...
411   Peut-ĂŞtre notre monde n'est-il qu'une expĂ©rience d'une espèce supĂ©rieure ?
412   ...
413   L'Ă©phĂ©mère
414   Le bac
415   Violence rouge
416   Monsieur l'intĂ©rĂŞt inexistant
417   Dernière poursuite
418   Le roi du pays DorĂ© qui a assassinĂ© la seule et unique fĂ©e
419   La philo
420   RĂŞve
421   J'ai ratĂ© mes Ă©preuves de littĂ©rature, c'est fini, ce système de merde est pourri, juger sur une journĂ©e, contrĂ´le continue ça serait bien mieux, bande d'enculĂ©s, j'en ai marrrrrrrrrreeeeeeeeeee !
422   RĂ©aliste
423   Ces confettis de toutes les couleurs
424   Jadis
425   Coeur de glace
426   Un titre ? Un titre... la notion mĂŞme de titre je sais plus ce que c'est.
427   Coucher de soleil, emporte lĂ ...
428   Comment j'ai dĂ©truis le monde, et tuĂ© trois Ă©toiles innocentes
429   Dans son cortège blafard...
430   Le bac + les risques du stop encourus par T... ça m'inquiète...
431   Pas très gai
432   ...JölĂŻ cöëür...
433   La dĂ©chĂ©ance anglaise. Oui, ça sonne bien comme titre. La dĂ©chĂ©ance du bac. Aussi, pas mal comme titre.
434   Petit homme
435   Sur les planches
436   Inconsolable
437   Phobie sociale
438   ( ne pas ) ĂŞtre
439   Encore lui
440   Dans la maison d'Ă  cĂ´tĂ©
441   Deux vipères dans la mĂŞme grotte. L'une va forcĂ©ment tuer l'autre.
442   Un voile devant les yeux. Nous fait voir un monde en noir et blanc. Quand soudain chacun s'Ă©clabousse de sang.
443   Comment ? Comment ? Comment ? Mais dites moi !
444   Larmes d'orgueil
445   DĂ©lire ou Cauchemar ou PensĂ©es ou RĂ©alitĂ©
446   "Au beau milieu de la route"
447   Jamais deux sans trois
448   Une dernière fois...
449   Petite Marionnette
450   "Fendre la lune, baisers d'Ă©pine et de plume,BercĂ©e par un petit vent je dĂ©ambule,La vie est triste comme un verre de grenadine"M.F
451   Amante du Mäl
452   Chère famille
453   Des souris et des hommes
454   Une
455   Sans elle
456   Marchand de sable
457   Crise passagère sans gravitĂ©
458   Aussi blanche qu'une brebis qui se roule dans la boue
459   AnĂ©mie
460   Nöstalgie
461   Au marqueur indĂ©lĂ©bile
462   Je ne veux PAS savoir
463   Je ne suis pas plus heureuse qu'avant
464   Dans ma tĂŞte y'a des travaux
465  --------------
466  --------------
467   Je, je, je, je, je, saletĂ© va
468   J'ai pitiĂ©
469   L'Ă©ternelle guerre. Contre soi-mĂŞme.
470   Comment on fait ?
471   MĂŞme un lion en cage Ă  plus de divertissement que moi
472   Juste un cauchemar. Un p'tit.
473  --------------
474   Comment en vient-on Ă  se comparer Ă  un RĂ”TI
475   Les faux-problèmes
476   Ma gĂ©nitrice prĂ©fĂ©rĂ©e
477   On y croit
478   L'inutilitĂ© mĂŞme, la page sacrifiĂ©e pour rien
479   l'Amazonie, ou mon esprit dĂ©rangĂ© qui s'y croit dĂ©jĂ 
480   DĂ©cision d'ĂŞtre MECHANTE ce soir
481   Peut-on domestiquer une peste naissante ?
482   Introspection d'une sorcière dĂ©guisĂ©e en fĂ©e sur ses projets de destruction du monde
483   Jusqu'Ă  l'os
484   Parce qu'il n'y a rien d'autre Ă  dire
485   J'ai essayĂ©... mais je ne veux plus faire semblant
486   Juste l'itinĂ©raire d'une crise
487   La Baiser de la Mort
488   Mademoiselle est Ă©goĂŻste et trop gâtĂ©e, elle a vĂ©cu lâchĂ©e en pleine nature toute sa vie, rĂ©sultat, non seulement elle est asociale, mais en plus elle prĂ©fère tomber dans le coma que de continuer ses Ă©tudes en ville.Et qui regrette de ne pas s'
489   Des p'tits poissons rouges
490   Des mots sans queue ni tĂŞte
491   Une petite brisure, lĂ , tout au fond du coeur.
492   La nourriture de l'Esprit
493   Il sonne en nous et ne veut jamais rien dire de concret.
494   Parce que mĂŞme avec de la glue, le château de cartes ne tient dĂ©cidĂ©ment pas
495   Indomptable
496   Quitte Ă  se couler du bĂ©ton sur la peau histoire de faire une bonne grosse carapace anti-insultes, anti-jugements, anti-peurs, anti-maux, anti-dĂ©prime, anti-pessimisme
497   Je te tenais la main lorsqu'elle est arrivĂ©e
498   L'hameçon rouillĂ©
499   Les vers
500   Ma nuque est entre ses mains de verre
501   Le traitĂ© de paix ImagInaIre
502   Sadisme involontaire envers personnage fictif
503   L'Ă©cume au chocolat par intraveineuse
504   Avant mĂŞme de te connaĂ®tre
505   La mort de la Muse du poète, suite et fin d'un des textes de l'an dernier
506   Juste une note sur ma petite cousine
507   L'OcĂ©an aux teintes de Grenadine
508  --------------
509   EnumĂ©ration de violences. Juste pour l'extĂ©rioriser. Juste...
510   Juste envie de
511   Petite chose
512   Envie d'arrĂŞter ce journal
513   RĂ©viser
514   Liste insignifiante
515   Je hais la bouffe
516   Introspection malsaine
517  --------------
518   Ca recommence
519   Sauvage
520   Marmelade
521   Une sainte
522   Drogue. Intemporel. Soupir. OVERDOSE.
523   Crise publique mère-fille
524   Envie de bouillir jusqu'Ă  l'Ă©vaporation
525   "Fille des torrents, soeur des rivières"
526   Mademoiselle l'Incapable et ses plaies verbales
527   BohĂ«mienne
528   ( ma mère )
529   Blessures. Aussi volontaires que ma connerie.
530   @
531   Je suis dĂ©solĂ©e
532   Pile lĂ  oĂą ça fait mal
533   Le mal ne meurt jamais
534   Le mal ne meurt jamais
535   Un mot. Un seul. Rasoir.
536   Crise d'angoisse
537   Poule mouillĂ©e
538   Cannibale
539   Je sens que ça va partir en steak
540   Une peste intolĂ©rente dĂ©nuĂ©e de toute Ă©volution positive
541  --------------
542  --------------
543   Violence verbale
544   Malade de l'âme. Ou dĂ©nuĂ©e d'âme.
545   Malade de l'âme. Ou dĂ©nuĂ©e d'âme.
546   Le fond du problème
547   Intreospection d'automne, et son coulis de fruits avariĂ©s
548   Le permis. . RatĂ©.
549   Chute du merle
550   Une vie humaine a-t- elle un prix ?
551   Lorsque Vicent viola la dĂ©esse des Glaces
552   Silence... vois comme la vie est belle
553   Des puĂ©rilitĂ©s qui ne devraient mĂŞme pas ĂŞtre Ă©numĂ©rĂ©es
554   La vraie vie : ĂŞtre bohème
555   La conne, c'est moi
556   J'veux pas aller Ă  Lyon
557   Tome 1
558   Tome 2
559   Tome 3
560   Tome 4
561   Tome 5
562   Incapable
563   A cause de moi
564   "Mais qu'est-ce qu'elle a la peau blanche !"
565   Des lyres
566   Mourir de froid
567   ViscĂ©ral
568   DĂ©mĂ©nagement
569   ...
570   Petites histoires
571   DĂ©mĂ©nagement
RĂ©cits d'une âme de plus en plus dĂ©rangĂ©e      page publique

Etant tombée dans les pommes cette nuit, mes géniteurs ont bien dû admettre que j’étais quelque peu malade. Enfin, juste mon père, il a presque forcé ma mère pour qu’elle s’inquiète de ma santé pourrie en m’envoyant chez le médecin ( ai-je déjà dis que je ne supportais pas l’ambiance médicale ? non ? ben c’est dit ). Il a arrêté mon réveil à 4H du mat’, heure à laquelle je me suis réveillée à trente mètres de ma chambre, je sais pas trop comment, un pas de plus et je me serai cassé la nuque dans les escaliers, et je sais pas ce qui m’a pris, mais je ne voulais pas qu’il m’empêche d’aller au lycée, sauf que j’étais tellement crevée que j’ai même pas réussi à tendre le bras pour rebrancher de fichu réveil. Donc j’ai passé le restant de ma nuit à trembler comme un chien galeux et à maudire le monde entier, d’ailleurs, est-ce parce que j’avais terriblement froid que j’ai rêvé que je gravissais l’Everest ? ( ça a fini tragiquement )
Et maintenant, me voilà sous le même toit que ma mère, qui me fait la gueule comme si je venais de ruiner la famille, un glaçon serait plus chaleureux, je crois, parce que ma mère ferait trembler un bloc de glace du fait de sa froideur et son manque de communication légendaire. Elle a dû dire deux phrases depuis ce matin, et encore, si je l’avais pas poussée ! Je lui posait des questions, et elle ne répond rien, elle ne me regarde pas, comment dire, si elle pouvait avoir le comportement d’une mère chaleureuse et bienveillante au moins une fois par an, je serai la plus heureuse du monde. ( comme dans les séries TV commerciales américaines, les gens tout beau tout gentil d’un monde de naïveté )
Sauf quÂ’on change pas les gens.
Viens de revenir du médecin, un nouveau médecin d’ailleurs, il est bien gentil c’est cool. J’ai la grippe. Suis dispensée de cours pendant quatre jours. ( côté positif : pas aller en cours, côté négatif : doit être notée en art pla avant demain pour trimestre, dont vais me payer deux zéro tous ronds et géniaux pour mon dossier déjà pas grandement positif, et en plus, vais devoir rattraper des montagnes de cours de philo, d’anglais, de littérature … et en plus vais devoir passer quatre jours sans rien faire, et je déteste ne rien faire, et en plus ma mère est d’une humeur nauséabonde, elle refuse désormais de m’adresser la parole et de me répondre, ( mon père lui à fait remarqué hier soir que la moindre des politesses serait de me répondre quand je lui parle, mais elle s'en fiche comme de l’an 40, bref, après on s’étonne qu’on me traite d’asociale ) elle a eut un choc parce que je faisais pas la comédie pour rater les cours, et toc, suis ravie de lui avoir prouvé que ses pensées négatives sur mon être n’avaient pas lieu d’être, quel dommage, elle va devoir me supporter pendant des jours entiers, c’est tellement bête …)
Hier soir, ai été traumatisée par zone interdite. ( sur la folie ) Parce que, et si, lors de mon évolution, je devenais comme ça ? ( n’importe qui peut le devenir ). Ca m’a drôlement fait peur. Surtout qu’ils disaient que c’était un peu de la folie sur les bords que de s’infliger des douleurs par soi-même. ( j’emploierai pas le vrai terme il est trop barbare ) Et quand je pensais que je faisais cela, moi aussi, de temps à autre, ( de moins en moins ) est-ce un signe que plus tard je serai folle … ? ( d’ailleurs, pourvu que le médecin ne voit pas mes bras ou alors il va m’interner, hier j’ai quelque peu craqué ) Bref, j’aurai préféré être au lycée, au moins là-bas y’a pas que des glaçons, je déteste être chez moi, un cimetière serait plus gai.
Est-ce que j’ose mettre ce que j’ai écris hier lors de ma pseudo crise en attendant désespérément l’ouverture du site? ( ça fait peur, on dirait le témoignage d’une folle alliée ) Oh et puis au point ou j’en suis niveau folie hein …
Voilà l’horreur que j’ai écris hier : « 13H14 : Suis probablement en train de devenir cinglée. (« tu l’es déjà ») On va finir par m’interner, m’attacher de force, me donner des calmants parce que mon état ne fait qu’empirer et que je ne me contrôle plus sous tous rapports. (« oh, pauvre petite Lärme de Säng, toujours en train de se plaindre, pauvre petite fille, tu fais pitié à tous les internautes, t’as pas remarqué ? » )
J’ai encore fait une crise ce matin, une encore plus puissante. J’ai même pas envie d’en parler tellement ça me dégoûte. ( « alors ferme la ») Tout ce que je peux dire, c’est que, que je me hais, tiens, pour changer, que ma mère a réussi encore une fois à m’enfoncer dans le dégoût, que grâce à tous ses efforts je n’ai pas réussi à ne plus rien avaler, une journée de plus ou j’ai envie de m’arracher le cœur de mes propres mains parce que je ne me suis pas contrôlée et me suis réveillée qu’après avoir empoisonné mon estomac de tout ce qui me passait sous la main, un automate sans conscience, sans volonté, je me vois pas faire, comme si j’étais hors de mon corps, à flotter. (« t’avais raison quand tu disais que t’étais cinglée ») Il faut que je me motive, quand je pense que j’ai tenu des mois avec une moitié de pomme par jour, comment je faisais ? Je suis trop fatiguée aujourd’hui, mais je peux le refaire, j’y suis arrivée pendant un temps, y’a pas de raison que je n’y arrive plus. (« dire que des gens meurent de faim, tu es une honte »)
De plus, il m’est devenu impossible de me faire vomir. (« bien fait ») J’y arrive plus. (« bis ») Autant il fut un temps ou c’était devenu ma sortie de secours, autant je ne sais pas qu’est-ce qu’à encore inventé mon organisme pourri, mais je ne peux plus, et ça me pose un gros problème. Bref, ça a été la panique, et je suis retombée encore plus dans la connerie en passant ma déprime sur mon malheureux bras, peu importe si à Noël, quand je me ferai opérer des dents sous anesthésie générale, ils le verront quand ils me feront les prises de sang, m’en fou, ils n’auront pas à s’en mêler, c’est mon problème . (« parce que tu crois qu’ils vont t’engueuler ? Ils s’en tapent ! ») Autant tout à l’heure ça faisait du bien de me lacérer sans penser, autant maintenant c’est une autre histoire, ça me brûle, ça me fait mal, j’ai le bras rougeoyant à des kilomètres. (« Ô fatalité O Rage O désespoir » ) M’enfin, je l’ai bien cherché, et puis du moment qu’on est en hiver, personne le verra, c’est le principal. (« tout le monde l’a vu l’été dernier, tu passes désormais pour une folle, c’est trop tard, même ta mère le sait, et elle s’en fou complètement »)
De plus, je suis incapable de bosser. Je sais pas si je l’ai dis, mais vendredi j’ai ( encore ? ) rendu feuille blanche à un truc, parce que j’y comprenais rien, et l’après-midi, j’étais tellement mal que je suis pas allée en cours. (« tu devrais arrêter les études et donner ta place à quelqu’un de motivé ») Vais encore avoir plein d’emmerdes pour justifier ça. J’en ai rien à foutre, ils diront ce qu’ils veulent, ça me passe vingt kilomètres au dessus. (« y’en a qui tueraient pour avoir une éducation, pauvre fille »)
De même que cette semaine, je pense pas aller à beaucoup de cours, je veux pas qu’on me voit dans cet état, je ressemble à une loque perdue sur terre (« tu rigoles, on dirait une revenante ! ») , et même, je veux plus aller au lycée, j’y arrive pas, j’ai perdu toute motivation, j’ai beau me dire que si je continu je vais finir SDF longue durée, que j’aurai pas le bac, ça me fait pas le moindre effet, mais alors, j’en ai rien à foutre. (« et que je me plains, et que je me plains, tu fais peine ») Les profs m’énervent, avec leurs réflexions du style que j’irai nul part vu les efforts que je fais, que j’aurai pas le bac si je ne fais rien pour, que si, que là, et cette classe là, et mes pseudo amis, ils m’énervent, avec leurs manières, leurs jugements, leur attitude … (« tu leur en veux alors qu’ils ne t’on rien fait, tu devrais consulter» )
Et tant qu’à me plaindre, ma famille, ça change pas. (« faut dire que t’avoir dans sa famille, ça doit pas être gai ») Mon père, ça va, il se mêle pas de ma vie, donc tout va bien, mais ma mère … ma mère … (« ben quoi ta mère pauvre tâche ? ») mais qu’est-ce qu’elle est chiante … je la hais. (« faut bien que tu remette la faute sur quelqu’un d’autre » ) J’ai une envie de fuguer des plus intenses, mais étant donné que c’est ridicule et que je finirai en hypothermie sur un trottoir désert, qu’est-ce que ça m’apportait ? ( « tu foutrai enfin la paix au peuple français» ) Quoi que, si je leur laisse un mot du style que j’ai besoin d’air, que je reviendrai, ça passerait, je pourrais me remettre les idées en place quelques temps sur les routes de France, malgré les emmerdes monstres que ça engendrerait, sans parler de la connerie pour quelqu’un qu’à 17 ans. ( « dans une an t’es majeure, et t’es toujours aussi conne, Grands Dieux ! ») Encore, fuguer à 12 ans, ça se comprend presque, ( d’ailleurs j’ai connu ça à 10 ans, et vu comment je me suis faite engueuler, j’ai pas osé recommencer de si tôt ). Mais à 17 ans ? On me prendrait encore plus pour une folle. (« voyons, tu ES folle »)

Je me sens tellement pas bien aujourd’hui, (« bien fait ») j’aimerai dormir, pour plus penser, mais c’est pas possible, je sais pas quoi faire pour … attendre que ça aille mieux, (« ça n’ira jamais mieux ») je supporte plus de voir les secondes défiler comme ça, les supporter, les compter, j’aimerai qu’on m’assomme pour ne pas voir le temps passer… (« c’est sûr que si tu t’étais fendue le crâne à tombant sur la carrelage à la naissance, tu polluerai moins la planète, ça arrangerait le moindre petit humain du globe »)

Bref, comme on peut le constater, je suis conne (« oh oui »), débile (« évidemment »), stupide (« on le savait déjà ») , infantile (« logique »), la liste est infinie (« on s’en doutait ») . Et ce qu’on peut bien penser me passe à trente kilomètres au dessus. (« ah oui ? ») Plus ça va, plus ça empire, j’ose pas imaginer le moment ou je vais sortir de l’indifférence, me rendre compte que j’ai gâché mon année … et tout. Je pêterai un plomb ce jour-là. Et je quitterai définitivement la Terre, depuis le temps que j’en parle, hein, autant aller au fond de ses idées, comme dirait mon prof de philo. (« dépêche toi, tu fatigues tout le monde ici »)
Et puis même, je n’arrive pas à me projeter dans l’avenir, je ne veux pas grandir, entrer chez les adultes, ça me bloque, je veux pas finir dépressive dans votre société de merde, harcelée par des médecins qui me gaveraient anti-dépresseurs, tout ça pour que je reste sur terre afin qu’on s’en mette plein les poches grâce à ma personne. ( « c’est la vie, c’est ainsi, pourquoi tu crois que t’es née, pour être heureuse ? Rêve pas, t’es ici pour qu’on profite de toi, qu’on se serve de toi » ) J’arrive vraiment pas à m’intégrer, (« normal, les ermites ça s’intègre pas ») je crois que je ne serai jamais à ma place dans votre monde. (« et que je parle, et que je parle, mais quand cessera tu de parler pour t’enfoncer une lame dans le cœur, pauvre fille ? »)

Petite Lärme de Säng ne sait plus ou elle en est.
Elle ne sait plus qui elle est, qui sont encore ses amis ( ceux qu’on pas déserté ), elle ne sait plus ou elle va, quel chemin prendre, en qui avoir confiance, que faire, que choisir, que décider.
Petite Lärme de Säng supplie le spectre de Morphée de lui accorder son souhait. Mais il ne l’écoute pas, la délaisse volontairement, il ne peut s’occuper de ce genre de cas stupide et infantile, il a plus important à faire.
Pourtant, Petite Lärme de Säng aimerait redevenir comme avant, comme lorsqu’elle était toute petite, lorsqu’elle souriait encore à chaque instant sans connaître le goût des larmes ou du sang, elle veut changer, mais elle n’y arrive plus.
Il serait si simple de se jeter d’en haut d’une falaise, si débile aussi, si infantile. Il ne faut pas tout arrêter, il faut garder espoir, peut-être un matin, va-t- elle se réveiller, comme avant, en souriant ?
Non, ce n’est pas possible, les miracles n’existent que dans les contes de fées. Et les fées n’existent pas. Pas plus que les rêves ne se réalisent.
Petite Lärme de Säng, arrête de te torturer, arrête de te faire du mal, tu es l’unique responsable du poison qui coule dans tes veines meurtries.
Ton sang est aussi noir que les plumes du corbeau. »

Voilà, quand je disais que ça ressemblait au témoignage d’une cinglée.