JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Confidences finales Journal intime créé par B.B

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 La plus grande erreur de ma vie
 La remontée
 Il était une fois
 Remède
 Just because of you
 La pomme empoisonnée
 Vide
 Bouillon de luxure
 Porque tanto buscarse
10   Back
11   Reprise
12   Oui
13   Après
14   Non
15   Fatigue
16   Messed up
17   Journal secret
18   Enivrez-vous
19   Dimanche
20   De haut
21   Burlesque
22   Magique
23   2012
24   Thursday night out
25   Falling down
26   Petits morceaux
27   Vénus et Adonis (-18)
28   Des conneries
29   W**d
30   Lettre à ma vie
31   Top
32   Où?
33   Game
34   Salope
35   Déluge
36   J & Jack
37   Champagne et vin rouge
38   Fini
39   03:43
40   Champagne & Fraises
41   Horrible
42   Allez tous vous faire f**tre
43   En paix
44   Day 2
45   Sec
46   Retour
47   Soirs
48   Quoi?
49   "Dark Paradise"
50   Anniversaire
51   Où?
52   Jalousie
53   Vapeurs
54   Rien
55   Errance
56   Aimée
57   Autres
58   Air frais et brise marine
59   Our day will come ?
60   Encore et toujours
61   A l'ancienne
62   Heaven is a place on Earth with you
63   Voilà
64   La petite bête?
65   Stop that train
66   Boum
67   Vrai?
68   Pause
69   Stress
70  The next
71   Maintenant?
72   Invitation au voyage
73   Larmes salées et pensées à la volée
74   Reward
75   This is it
76   Lassant
77   Sea, no sex and sun
78   Stuff
79   Égarée
80   Bonnes nouvelles
81   Joie
82   Résumé
83   Comic strip
84   Perturbée
85   Électrique
86   And again
87   WTF
88   Choc
89   Descente
90   De travers
91   Lost in translation
92   Some fun
93   Aïe
94   Part 2
95   Healthy
96   Where were we?
97   Mort
98   Vie
99   Love
The next      page publique

"Quand l'eau de ta bouche remonte au bord de tes dents, je crois boire un vin de bohème amère et vainqueur. Un ciel liquide qui parsème d'étoiles mon cœur" S.Gainsbourg, Baudelaire.

Il est parti. Ce matin. Tôt parce qu'il devait prendre le train pour rentrer chez lui.

Il est arrivé hier soir vers minuit, il sortait juste du concert. Il m'a dit que c'était super. Il ne s'est pas assis sur le même canapé que moi, ça m'a fait rire intérieurement. On a discuté un peu de tout et de rien, comme deux potes. C'était cool. On a soigneusement évité de parler de nos dernières retrouvailles. J'avais laissé la télé allumée, on la regardait à moitié.

Vers 2h30, je tombais de sommeil, avec toute cette semaine de pression qui descendait. Je lui ai dit que j'allais me coucher, qu'il pouvait continuer à regarder la télé s'il le voulait. Il m'a répondu qu'il était fatigué aussi, qu'il allait dormir. Je suis allée me glisser sous ma couette, mais je ne lui ai pas proposé de venir dormir avec moi. Je voulais voir d'abord ce qu'il allait faire. Il s'est installé sur le canapé. Il a pris la couverture supplémentaire. J'étais déçue, mais tout n'était pas perdu. Il m'a dit qu'il mettrait un réveil à 8h, mais qu'il serait sûrement réveillé plus tôt par le soleil puisque je n'ai pas de volets, seulement des rideaux.

J'ai enlevé mes fringues sous ma couette, pour ne garder que mon débardeur et ma culotte. On a discuté à travers l'appart, puis il y a eu un blanc. Je ne sais plus pourquoi. Alors je lui ai demandé s'il ne voulait pas plutôt venir avec moi. Il m'a dit d'accord.

Il est venu se glisser à côté de moi, pas trop près au début. Moi je lui tournais le dos, je ne voulais pas lui donner la satisfaction de me voir faire le premier pas de nouveau. Il s'est rapproché de moi, il a passé son bras autour de ma taille.

On a entrelacé nos doigts. On est resté comme ça un bout de temps. Puis il s'est rapproché encore et il a glissé son visage dans mon cou. Je sentais son souffle sur ma nuque, j'en avais des frissons. Mon cœur battait tellement fort que j'étais certaine qu'il l'entendait. Et puis, brusquement, il m'a attrapée par les épaules pour me faire faire demi-tour et m'embrasser. C'était très doux au début, hésitant. Et puis c'est devenu bien plus intense, plus animal. J'ai fait attention à tous ses mouvements, je voulais les imprimer tous dans ma mémoire. Il me caressait le visage, glissait ses mains dans mon dos ou mes cheveux, il m'embrassait... C'était beau, exactement comme dans mes souvenirs. Je me sentais bien.

On a fini par s'endormir, mais je ne suis pas restée tout près de lui comme la dernière fois. Il fallait lui montrer que la distance, elle existe entre lui et moi. Puisqu'il veut juste qu'on soit "amis avec bénéfices", et bien soit. On le sera. Et donc ça veut dire que mes règles s'appliquent pour lui aussi. C'est mieux comme ça de toutes façons.

Ce matin il m'a embrassée avant de partir, puis il m'a envoyé un message pour me remercier et me confirmer qu'il était bien arrivé.

"Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" (Voltaire, Candide).

Je me sens bien. J'ai son odeur sur moi. Cette nuit, elle est à moi. Et je la garderais à jamais.