JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Réflexions et autres conneries Journal intime créé par bungle

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 BungleÂ’s Diary
--------------
 Etrange fin de journĂ©e
 Sonia ou l'Ă©ternelle absence
 Bye bye Anna
 SEA
 SEX
 & SUN
 Le trauma de Sonia
10   Autobiographie misanthropique ?
11   Femmes je vous aime
12   Anna, ma collègue amante
13   Erika jÂ’ai trouvĂ© !
14   Sonia ou l'incertitude
15   Le pianiste
16   temps libre Vs travail
17   Sonia : end of the story ?
18   JÂ’aime pas les lundi, quoique.
19   C'est la fĂŞte
20   Top Five
21   Ma première partouze
22   Pour me faire pardonner le chapitre prĂ©cĂ©dent (Part. I)
23   Pour me faire pardonner le chapitre prĂ©cĂ©dent (Part. II)
24   AmitiĂ© homme-femme, mythe ou rĂ©alitĂ© ?
25   QuÂ’est-ce quÂ’un journal ?
26   Week-end pluvieux, album radieux
27   Zouk machine
28   DĂ©claration de vacances
29   Amour, toujours !
30   'till death us apart
31   CondolĂ©ances
32   Remerciements
33   Chapitre I
34   vĂ©ritĂ© et paradoxe
35   Ploum ploum Tralala
36  Sombre dĂ©sir
37   Souvenirs d'enfance
38   Kill da mouvement
39   MĂ©diocritĂ© pornographique
40   Rions un peu en attendant la mort
41   Do not disturb
42   Narcisse
43   AntiamĂ©ricanisme ?
44   Exister ? Mais pour quoi faire exactement ?
45   Entre deux maux quel mot choisir ?
46   L'aigle noir
47   Je suis las...
48   Ploum Ploum Tralala, Acte 1, scène 1
49   Ploum Ploum Tralala, Acte 1, scène 2
50   Ploum Ploum Tralala, Acte 1, scène 3
51   Acte 1, scène 4
52   Acte 1, scène 4 (suite)
53   Pourquoi on Ă©crit ?
54   2 mondes
55   Ploum Ploum Tralala - chapitre 56.3
Sombre dĂ©sir      page publique

L’actualité estivale plutôt avare en événement habituellement, nous a plutôt gâtée cette année. Entre les feux de forêt qui se sont étendus sur tout le sud de la France, en passant par les coups de boutoir d’une météo caniculaire qui ne cessait de dégarnir les rangs parmi nos plus anciens. Mais l’information qui m’a sans aucun doute le plus touché, au sens émotionnel de la chose, reste sans nul doute l’affaire Cantat-Trintignant. Pourquoi cela plutôt qu’autre chose ?

Bertrand Cantat est pour beaucoup d’entre nous une sorte de modèle d’intégrité et de citoyenneté. Cette posture de modèle ne nous préparait pas à une telle tragédie. Il n’était pas concevable que le chanteur de Noir Désir puisse devenir un meurtrier tout comme cela nous paraît inconcevable qu’un être proche que nous aimons puisse mettre fin à la vie d’une tierce personne. Pourtant les faits sont là. Marie Trintignant n’est plus alors que Bertrand Cantat s’effondre chaque jour un peu plus dans sa geôle lituanienne.

Cette histoire nous parle directement. Si Bertrand Cantat avait été l’homme violent propice à ce type de comportement, les choses auraient été plus facilement acceptable. Mais Bertrand Cantat n’est de toute évidence pas Joey Starr et ce qui c’est passé nous met fasse à nos propres errements. Qui dans un accès de colère n’a jamais souhaité la mort de quelqu’un ? Qui peut se dire à 100% être à l’abris de ce genre d’accident ? L’Homme est un animal civilisé qui par moment redevient la bête sauvage qu’il fût à son origine.

Il est scandaleux que le mouvement féministe récupère de la sorte ce drame, l’affaire Cantat-Trintignant n’a rien à voir avec le calvaire qu’endure des milliers de femmes battues. Réduire cette affaire à cela est un raccourci trop aisé et malheureusement bien ancré dans la médiocrité intellectuelle ambiante de nos sociétés simplificatrices.

Il y a dans cette affaire ni du tout noir ni du tout blanc, ni des gentils ni des méchants. Que du gris et de la tristesse. Deux êtres qui s’aimaient passionnément et qui, à un moment, ont basculé vers le coté obscur. Ce coté qui a tout moment peut nous happer à notre tour.