JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Confidences finales Journal intime créé par B.B

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 La plus grande erreur de ma vie
 La remontée
 Il était une fois
 Remède
 Just because of you
 La pomme empoisonnée
 Vide
 Bouillon de luxure
 Porque tanto buscarse
10   Back
11   Reprise
12   Oui
13   Après
14  Non
15   Fatigue
16   Messed up
17   Journal secret
18   Enivrez-vous
19   Dimanche
20   De haut
21   Burlesque
22   Magique
23   2012
24   Thursday night out
25   Falling down
26   Petits morceaux
27   Vénus et Adonis (-18)
28   Des conneries
29   W**d
30   Lettre à ma vie
31   Top
32   Où?
33   Game
34   Salope
35   Déluge
36   J & Jack
37   Champagne et vin rouge
38   Fini
39   03:43
40   Champagne & Fraises
41   Horrible
42   Allez tous vous faire f**tre
43   En paix
44   Day 2
45   Sec
46   Retour
47   Soirs
48   Quoi?
49   "Dark Paradise"
50   Anniversaire
51   Où?
52   Jalousie
53   Vapeurs
54   Rien
55   Errance
56   Aimée
57   Autres
58   Air frais et brise marine
59   Our day will come ?
60   Encore et toujours
61   A l'ancienne
62   Heaven is a place on Earth with you
63   Voilà
64   La petite bête?
65   Stop that train
66   Boum
67   Vrai?
68   Pause
69   Stress
70   The next
71   Maintenant?
72   Invitation au voyage
73   Larmes salées et pensées à la volée
74   Reward
75   This is it
76   Lassant
77   Sea, no sex and sun
78   Stuff
79   Égarée
80   Bonnes nouvelles
81   Joie
82   Résumé
83   Comic strip
84   Perturbée
85   Électrique
86   And again
87   WTF
88   Choc
89   Descente
90   De travers
91   Lost in translation
92   Some fun
93   Aïe
94   Part 2
95   Healthy
96   Where were we?
97   Mort
98   Vie
99   Love
Non      page publique

Après cette horrible soirée, j'ai eu du mal à me remettre. Je ne sortais plus, je ne mangeais plus. J'ai recommencé à prendre des pilules pour me calmer, et à boire des litres de café pour me secouer. C'était mon rythme.
Je suis retournée en cours, je n'en avais aucune envie. Cette année, j'étais dans une classe séparée de toutes mes amies. Bien sûr je connais des gens ici aussi, mais c'est différente.
Me lever le matin a été une torture à cette époque. En plus des montagnes de boulot qui m'attendaient chaque soir, j'étais au fond du trou.
Je n'ai rien dit à V. Je voulais toujours qu'il vienne me voir à la Toussaint pour les vacances.

Lorsque celles-ci sont arrivées, j'ai attendu quelques jours avant de lui envoyer enfin un texto. Je lui demandais s'il était toujours d'accord pour passer par chez moi. J'étais en cours, il a mis quelques minutes à me répondre, j'étais sur des charbons ardents.
Quand il m'a répondu, j'ai regardé mon portable discrètement: il me répondait que ce n'était plus une bonne idée qu'on se revoit. Je lui ai demandé pourquoi, bien que je me doutais de la réponse qu'il allait me donner, et ça n'a pas loupé. Il m'a dit qu'il était au courant, que A lui avait tout raconté, et qu'apparemment ça me tenait donc beaucoup plus à cœur qu'on se voit qu'à lui.
Je ne sais plus très bien ce que je lui ai répondu, mais je sais qu'il m'a dit qu'il était désolé.
J'ai craqué. En pleine journée de cours, je me sentais mal, j'ai bu près de quatre café en prenant mes pilules. Mes amies m'ont réconfortée, mais rien de ce qu'elles ne pouvaient dire me faisait aller mieux. Je voulais mourir, vraiment.

Je suis rentrée chez moi le soir avec une montagne de boulot pour le lendemain. J'ai claqué la porte, et ouvert ma bouteille de rhum. Ça m'a fait du bien. Ma meilleure amie est passée me voir, elle a essayé de me remonter le moral mais il n'y avait rien à faire. L'alcool aidant, je me suis endormie rapidement.

Les jours qui ont suivis étaient horribles. Je n'arrivais pas à me concentrer en classe, je ne pensais qu'à V, rien qu'à lui. Je ne pouvais pas croire qu'il m'envoie chier comme ça. Pourquoi? Pourquoi est ce qu'il ne veut pas de moi?

Petit à petit, je suis arrivée au stade où j'en suis à présent. J'ai compris quelque chose sur moi, et je ne cherche pas à le combattre. Non. Je suis d'accord avec l'idée de vivre comme ça. Je sens que c'est ce qui m'attend. Je n'arrive pas à effacer V de mon esprit, de mon cœur, et je pense que je n'y arriverais jamais. Tant pis. Je suis fatiguée d'essayer de toutes façons.

Il y a des choses plus importantes dans la vie que sortir et rencontrer des mecs pour en oublier un autre. Mon objectif c'est réussir professionnellement, j'ai l'intention de me donner à fond. Mon deuxième objectif, c'est de me remettre au sport. Et ça j'ai déjà commencé. Ça me manquait trop, mais ça fait du bien d'avoir repris.

Bref, j'ai l'intention de prendre soin de mon corps, et de mon esprit à coup de sport et boulot à fond. Je vais faire les choses pour moi. Et je sais très bien qu'au fond de moi, il y a encore et il y aura toujours V, je ne veux personne d'autre que lui. Je ne voudrais jamais personne d'autre que lui. Je n'ai besoin de personne d'autre que lui! C'est le seul qui serait capable de m'apporter de que je cherche, ce dont j'ai besoin! Je sais que je n'arriverai jamais à m'en débarrasser, alors j'ai décidé de vivre avec. Peu importe, s'il est dans mon esprit, c'est mieux que rien. Je ne peux pas l'avoir en vrai et bien tant pis, je l'ai en fictif. Dans ma tête, il y est. Dans mon cœur, il y est. C'est mieux que rien. Et si jamais un jour il revient vers moi, je serais prête à l'accueillir bras ouverts, que ce soit pour une nuit ou pour la vie. Rien à foutre de paraître faible ou stupide ou soumise. Avec lui, et pour lui je ferais n'importe quoi, je serais n'importe quoi. Je suis pathétique, mais c'est comme ça. Généralement je ne suis pas comme ça, avec les mecs je fais très attention à ne pas m'attacher, et je suis plutôt du genre à choisir qu'à me laisser choisir, mais pas avec lui. Pour lui, je veux bien descendre plus bas que terre, le laisser me traîner dans la boue. Je voudrais bien même qu'il me haïsse, qu'il me déteste, qu'il m'insulte, du moment qu'il soit près de moi, qu'il pense à moi. N'importe quoi sauf ce silence, cet oubli, cette ignorance qui me pèse. J'en ai mal au cœur. Mais je m'y suis habituée maintenant. Peut-être que je devrais toujours vivre comme ça, mais au moins j'y suis prête.

C'est ce jour là que j'ai décidé d'écrire ce journal. J'en avais besoin, et ça m'a fait du bien de raconter ce que j'ai réellement au fond de moi.

Je l'aime. Je le déteste. Mais je l'aime.