JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Confidences finales Journal intime créé par B.B

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 La plus grande erreur de ma vie
 La remontée
 Il était une fois
 Remède
 Just because of you
 La pomme empoisonnée
 Vide
 Bouillon de luxure
 Porque tanto buscarse
10   Back
11   Reprise
12  Oui
13   Après
14   Non
15   Fatigue
16   Messed up
17   Journal secret
18   Enivrez-vous
19   Dimanche
20   De haut
21   Burlesque
22   Magique
23   2012
24   Thursday night out
25   Falling down
26   Petits morceaux
27   Vénus et Adonis (-18)
28   Des conneries
29   W**d
30   Lettre à ma vie
31   Top
32   Où?
33   Game
34   Salope
35   Déluge
36   J & Jack
37   Champagne et vin rouge
38   Fini
39   03:43
40   Champagne & Fraises
41   Horrible
42   Allez tous vous faire f**tre
43   En paix
44   Day 2
45   Sec
46   Retour
47   Soirs
48   Quoi?
49   "Dark Paradise"
50   Anniversaire
51   Où?
52   Jalousie
53   Vapeurs
54   Rien
55   Errance
56   Aimée
57   Autres
58   Air frais et brise marine
59   Our day will come ?
60   Encore et toujours
61   A l'ancienne
62   Heaven is a place on Earth with you
63   Voilà
64   La petite bête?
65   Stop that train
66   Boum
67   Vrai?
68   Pause
69   Stress
70   The next
71   Maintenant?
72   Invitation au voyage
73   Larmes salées et pensées à la volée
74   Reward
75   This is it
76   Lassant
77   Sea, no sex and sun
78   Stuff
79   Égarée
80   Bonnes nouvelles
81   Joie
82   Résumé
83   Comic strip
84   Perturbée
85   Électrique
86   And again
87   WTF
88   Choc
89   Descente
90   De travers
91   Lost in translation
92   Some fun
93   Aïe
94   Part 2
95   Healthy
96   Where were we?
97   Mort
98   Vie
99   Love
Oui      page publique

Il est venu. Il ne m'a pas posé de lapin cette fois. Il est venu.

J'ai ouvert la porte. Il était là. C'était lui. Devant ma porte. Le sourire aux lèvres, les mains dans les poches, les yeux plus bleus que jamais. Magnifique. Un dieu. Et j'ai su.

Oui j'étais amoureuse de lui. Oui il était toujours aussi beau que dans mes souvenirs. Oui il avait toujours autant de charme. Oui mon cœur s'emballait encore lorsque nos yeux se croisaient. Oui son parfum me faisait tourner la tête. Oui je l'aimais.

On s'est fait la bise, j'en ai eu le tournis. Il m'a dit qu'il était content qu'on se revoit.

Un verre…
Il me parle, je le regarde dans les yeux. Ça fait tellement longtemps que je n’ai pas pu plonger mon regard dans ses yeux bleus. Il rit, on se taquine. J’ai l’impression d’avoir 14 ans à nouveau. Il y a six ans. Six longues années.

Deux verres…
Les photos, les souvenirs. On se raconte, on se souvient. Il me raconte des histoires, des voyages. J’en rêve. Je l’écoute avec attention, je ne peux pas détourner mon regard du sien, je suis hypnotisée. Pourtant je me détache, je ne peux plus le fixer, j’ai l’impression de me noyer. Il n’a pas changé, il est resté le même V que celui que j’ai rencontré et aimé il y a six ans. Je suis de nouveau là-bas, je me revois à cette époque, on était beaux. On le serait encore.

Trois verres…
On parle musique, on écoute les vieux tubes qu’on aimait à l’époque. On parle de lui, de sa guitare, de son piano. Le piano… On le met en marche, on s’amuse. La complicité revient, on dirait qu’on ne l’a jamais perdue. On se touche, on se frôle. C’est électrique, excitant. Nos regards se croisent, on rit. Et la musique l’appelle, il se laisse envahir. Je le regarde, je suis incapable de faire un geste. Ses mains volent sur le clavier. Je retiens ma respiration. Il m’envoûte, il me captive. Je ne pense plus, je ne réfléchis plus, je ne comprends plus rien. Je veux juste l’écouter, encore. Je ne veux pas qu'il s’arrête.

Quatre verres…
On retourne vers le canapé, on sent que quelque chose a changé. L’air est lourd, il y a de l’électricité. J’ai la tête qui commence à me tourner, et l’odeur de son parfum m’enivre. Je n’arrive plus à me concentrer. Ses yeux pétillent, ils essaient de me dire quelque chose. Alors je ne pense plus, je me rapproche de lui, il tourne son regard vers moi. Je dépose un baiser sur sa joue. Elle est douce, je dois fermer les yeux un instant pour ne pas perdre l’équilibre. Quand je les rouvre, je vois que c’est lui qui a fermé les yeux. J’aurais aimé les regarder encore, m’y plonger encore. Je dépose un autre baiser sur sa joue, je le sens frissonner. J’hésite un instant, puis je m’approche de ses lèvres. Je l’embrasse, à peine, juste pour goûter à sa bouche. Je la connais, je la reconnais, j’ai l’impression de ne pas l’avoir oublié.
Il se laisse faire, il me laisse faire, et je continue à l’embrasser tendrement. Je passe ma main dans son cou, il pose la sienne dessus. C’est chaud, c’est très doux et tendre. J’ai l’impression de fondre. Il se tourne vers moi, et me prend dans ses bras. J’ai le cœur qui bat si fort, j’ai l’impression qu'il peut le sentir. Il m’embrasse en retour, je me laisse aller. Je sens sa main sur ma joue, ses doigts dans mes cheveux. Tout est tendre, et hésitant. Sa langue vient chercher la mienne, ses dents se referment sur ma lèvre inférieure. Il m’attire, il me serre contre lui, il fait chaud, je sens son cœur battre contre le mien.

C'est alors que tout devient flou. On se laisse emporter, on est seuls, seuls au monde. Plus rien ne compte que cet instant. Tout devient moite, humide, chaud. Je me sens bien. Incroyablement bien. Il me sourit. Je suis aux anges. Ses yeux plongent dans les miens, je le serre contre moi. Je ne veux pas le laisser partir.

"Je t'aime moi non plus" dirait Gainsbourg.

Nous nous sommes endormis dans les bras l'un de l'autre. J'ai passé la plus belle nuit de ma vie. Je n'ai pas réussi à m'endormir tout de suite, il me serrait fort contre lui. Et puis, il ronflait! Ça m'a fait sourire. Lorsque j'ai enfin sombré, ce fut pour être réveillée quelques heures plus tard. Dans mon sommeil je m'étais dégagée de ses bras, et je sentais qu'il m'attirait de nouveau à lui. J'ai souri. Il dormait encore. Il ne ronflait plus.

J'étais bien. C'était chaud, tendre. Son parfum m'engourdissait l'esprit.

Le lendemain matin, on a été réveillé très tôt par la lumière du jour. Je n'avais pas fermé les rideaux la veille.

Il y a eu quelques minutes embarrassantes, puis on s'est levé. On a rigolé. On s'est rhabillé, et on s'est pris dans les bras.

Il est parti. Je voulais qu'il reste. Il m'a embrassé avant de partir. Je voulais qu'il me dise qu'il m'aime.
Je me suis retrouvée seule. J'étais heureuse. Et triste.

J'ai reçu un SMS une petite heure plus tard. Il me disait être bien rentré, et me remerciait. Il avait passé une excellente soirée.

Je me suis demandée si je rêvais. Je venais de passer la plus belle nuit de mon existence. Avec l'homme que j'aimais.

C'était le paradis. Temporairement.