JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Comment mettre un titre a sa vie ? Journal intime créé par miss célib'

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
--------------
--------------
 Mardi 10 août 2010
 27/08/10
 Vis, mange, parle, aime, mais vis.
 CREVE !
 Il est génial.
 C'est effrayant d'aimer.
 Je me souviens de tout.
10   Il parait qu'il faut que j'en parle.
11   Mon coeur va explosé.
12   Lettre 1
13  Lettre 2
14   Lettre 3
15   Lettre 4
16   Lettre 5
17   Lettre 6
18   Lettre 7
19   Lettre 8
20   Lettre 9
21   Lettre 10
22   Lettre 11
23   Lettre 12
24   Lettre 13
25   Lettre 14
26   Lettre 15
27   Lettre 16
28   lettre 17
29   Lettre 18
30  --------------
31  --------------
32   ,
Lettre 2      page publique

Me revoila.
Cette fois j'ai pris ma décision. Je sens que c'est finis. Dans ma tête c'est finis. Je peux plus faire machine arrière.
J'ai peur de me retrouver seule, par contre... Je sais que c'est pas une bonne raison pour rester avec lui. C'est sûr. Et d'ailleurs, j'ai eu une discution avec mes parents. Ils me disaient qu'ils trouvaient ça malsain d'avoir une relation si jeune, qu'à notre âge on ne pouvait pas former de vrais couples, parce qu'un vrai couple c'était plus qu'un statut sur facebook... Là je me suis dit qu'ils avaient tellement raison. Comme d'habitude. C'est vrai, j'ai quoi ? 16 ans ? J'ai pas à m'enfermer dans une relation. j'aurais du y penser à deux fois, parce que je savais que ça finirait. je m'étais fait ces questionnements dans ma tête. "à notre âge, il y a une fin à tout, est-ce que ça vaut la peine de souffrir pour quelques mois de bonheur ? " Et j'ai un ami romantique qui ma convaincu. Maintenant je sais que je l'écouterai plus.... On est pas fais pour ça quand on est ado. On change trop.

Mais... J'ai besoin de plaire. C'est vaniteux de dire ça, mais j'ai besoin de sentir que je suis jolie pour me sentir bien dans ma peau. C'est pathétique au fond. De dépendre du regard des autres.

J'ai pris conscience que je vivais uniquement par rapport à mon entourage. Jamais pour moi. je suis même incapable de me retrouver seule avec mes pensée...
Bref, je sais que tu ne recevra jamais cette lettre. Mais j'aime bien t'écrire. De temps en temps. de plus en plus souvent. Tu me manques.