JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


HISTOIRES DE FEMME Journal intime créé par helen meelro

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Préface
 ECRIRE
 MARIE ... UNE BELLE RENCONTRE
 SALUT ENFOIRÉS
 ADIEU JOLIE SYLVIE
 EXCISION
  Reviens Mon Amour
 Famine et malnutrition dans le monde
 EVE CHERCHE ADAN
--------------
10  --------------
11  --------------
12  --------------
13  --------------
14  --------------
15  --------------
16  --------------
17  --------------
18  --------------
19  --------------
20  --------------
21   1er Décembre : journée internationnale de lutte contre le SIDA
22  --------------
23  --------------
24  --------------
25  --------------
26  --------------
27  --------------
28  --------------
29  --------------
30  --------------
31  --------------
32  --------------
33  --------------
34  --------------
35  --------------
36  --------------
37  --------------
38  --------------
39  --------------
40  --------------
41  --------------
42  --------------
43  --------------
44  --------------
45  --------------
46  --------------
47  --------------
48  --------------
49  --------------
50  --------------
51  --------------
52  --------------
53  --------------
54  --------------
55  --------------
56  --------------
57  --------------
58  --------------
59  --------------
60  --------------
61  --------------
62  --------------
63  --------------
64  --------------
65  --------------
66  --------------
67  --------------
68  --------------
69  --------------
70  --------------
71  --------------
72  --------------
73  --------------
74  --------------
75  --------------
76  --------------
77  --------------
78  --------------
79  --------------
80  --------------
81  --------------
82  --------------
83  --------------
84  --------------
85  --------------
86  --------------
87  --------------
88  --------------
89  --------------
90  --------------
91  --------------
92   Une avalanche de larmes
93   GRAND-PERE EST MORT ...
94   JE VOUDRAI ETRE ...
95   SENTIMENTS MIS A RUDES EPREUVES …
96   GENTIHOMME
97   MA PLUME …
98   JE REVE EN POESIE …
99   NI CAUCHEMAR, NI REVE, UNE NUIT DE PLUS SANS SOMMEIL ...
100   COEUR
101   LE POUVOIR DES FLEURS …
102   LA RUE POUR UNIQUE MAISON …
103   Être jeune...
104   A MADAGASCAR … TOI ET MOI !
105   LE SOURIRE ...
106   MA MUSIQUE, MES FILMS, MES LIVRES … MES GOUTS !
107   QUELQUES MOTS D’AMOUR !
108   AMOUREUSE et HEUREUSE !
109   J'OSE ...
110  --------------
111   LE BONHEUR DE T'AIMER ...
112   NOTRE JARDIN D’AMOUR
113   DANS LES BRAS DE MON AMOUREUX ….
114   LES CRIS SOUS SILENCE DES FEMMES !
115   JE T'AIME TOUT SIMPLEMENT ....
116   MA FILLE A VOULU MOURIR ...
117   FIN DE WEEKEND EN DOUCEUR ...
118   IL EST MON PRINCE CHARMANT !
119   SONGE MUSICAL ....
120   WARIS DARIE : LE COMBAT D’UNE FEMME
121  --------------
122   UN SI BEAU REVE !
123  UNE PAGE DE VIE DE HUIT ANS SE FERME MAINTENANT ….
124   AU-DELA ...
125   RIEN ...
126   L’AMOUR SAUVE …
127  --------------
128   PREMIER SOURIRE DE PRINTEMPS
129   EN COLERE !!!
130   VOLE JOLI PAPILLON …
131   REPONSE A LA LETTRE DE MA CHERE APO …
132   MON DÉSESPOIR ...
133   AIMER ...
134   DANS LES YEUX DES ENFANTS …
135   UN ASSASSIN A TUE MON MEILLEUR AMI !!!
136   POUSSIERE DE CHAGRIN ...
137   POUR ERIC …
138   JE FERME UN INSTANT LES YEUX ET JE PRIE …
139   RIRE DU PRINTEMPS ...
140   Je suis EPUISEE ! …
141   OMAR EL BECHIR, LE PIRE DICTATEUR DU MONDE ?
142   ESPOIR D’AMOUR …
143   SI FATIGUEE …
144   LE SILENCE DES MOTS ...
145   L’AMITIE EST LA PLUS BELLE RICHESSE !
146  --------------
147   JOUR SANS FAIM …
148   NOTRE AMITIE …
149  --------------
150   LES MOTS PERDUS …
151   LE PUIT DES MAUX ...
152   AURORE, MON AMIE
153  --------------
154   UN LONG SILENCE ….
155   LE SOLEIL NOIR
156   Cœur blessé, Corps épuisé, Ame égarée ….
157   FAUT-IL LAISSER LE DESTIN S’ACCOMPLIR ?
158   POUR QUE MON CŒUR NE SOUFFRE PLUS LORS DES VENTS D’AUTOMNE …
159   ***** LA SOIE DE L'ESPOIR *****
160  --------------
161   PARIS ...
162   ET MAINTENANT ????
163   PETIT BOUT DE MOI, PETIT BOUT DE QUOI ?
164   PARTIR …
165   ET SI …
166   Ma vie, mon Amour, mon cauchemar,
167   Je ne veux pas vivre un amour mort …
168   JE SUIS FOLLE !
169    DERNIER JOUR DE L’ANNEE …
170   JARED LEE LOUGHNER, LE TUEUR FOU DE TUCSON
171   LA PREMIERE FOIS …
172   J'Y CROIS ENCORE ...
173   Je rends les armes ...
UNE PAGE DE VIE DE HUIT ANS SE FERME MAINTENANT ….      page publique

Et oui c’est en décembre 2001 que je quittais Tours pour venir travailler à Nantes dès le 02 janvier 2002.

A l’époque, je débarquais dans cette grande ville où je ne connaissais personne, seule avec mes deux petits, heureuse de me rapprocher de la mer et je croyais qu'un belavenir s’offrait à moi …

Pas une seconde je n’imaginerais que jusqu’en 2005 j’allais vivre l’enfer ;
Pourtant j’avais une belle maison, mon boulot en gestion des ressources humaines me plaisait, mes petits étaient dans un des établissements les plus prestigieux de Nantes, et Philippe devait me rejoindre d’ici quelques mois …
Le bonheur s’offrait enfin à moi, non que j’étais malheureuse à Tours, mais je n’aimais pas la ville et mon boulot de secrétaire commençait à me peser mais surtout il était convenu que Philippe me rejoigne en juin.

Mais les choses ne se déroulent jamais comme prévu, enfin pour moi !

Déjà, à peine un moins après mon arrivée on me bousille ma voiture ! Elle était moche et vieille mais elle me conduisait du point A au point B et c’est tout ce que je lui demandais !
Donc j’ai dû acheter une nouvelle voiture ; heureusement, à l’époque mon oncle et ma tante avaient un garage à Vannes, ils étaient concessionnaire Hyundai. Donc même sans un sous d’économie, ils m’ont vendu une voiture d’occasion mais en super état (ils n’ont fait aucun bénéfice sur cette vente) et surtout, ils ont réussi à m’obtenir le crédit total sans soucis. D’ailleurs je l’ai toujours ma p’tite Pony.

En mars Philippe m’apprend qu’il n’a pas demandé sa mutation à Nantes et qu’il ne divorcerait pas de sa femme mais qu’il m’aimait et voulait continuer notre histoire.

J’ai refusée et j’ai commencée à sombrée dans la dépression ;

Je me sentais tellement salie et humiliée par Philippe que j’ai commencée à prendre un verre le soir à l’heure de l’apéro pour me détendre, puis deux, puis trois … Juste pour pouvoir dormir et oublier que la vie n’était qu’une saloperie !

Ensuite les événements se sont enchaînés pendant l’été, ma télé, mon lecteur DVD, mon frigo, mon lave linge, les uns après les autres, « rendaient l’âme », et je me disais que cela n’en finirait jamais ; sitôt un problème régler, qu’un nouveau venait se greffer ; mais le pire fut le jour où en pleine journée le père de Rémy est venu à Nantes et est reparti de l’école avec mon Titi sous le bras !

La j’ai pêtée un plomb quand à la fin de ma journée de boulot je me présente à la vie scolaire pour récupérer mes petits et que ma nanou me saute dans les bras en larmes me disant « titi est parti avec son père »

Ce soir là, en rentrant, j’ai bu la bouteille de Muscat et puis pour être sûr de dormir et que tout ceci n’était que cauchemar et que demain je me réveillerais normalement avec mes deux petits, j’ai aussi pris quelques médicaments …

La suite, je ne vais pas en reparler, hôpital psy, Nanou en famille d’accueil et le père de Rémy qui obtient sa garde …

Jusqu’à fin 2004 ça a vraiment été l’enfer ; puis je repris le boulot mais dans la caserne en face de celle ou j’avais commencée à Nantes, car j’étais « la mal venue » après mon geste (pris pour une TS) ;

Grace à Dieu Un homme, un seul, à décidé de me laisser ma chance sans jugement et de me faire confiance et ainsi j’ai appris un nouveau métier.

Petit à petit je me suis épanouie, j’ai repris confiance en moi, me suis faite de nouvelles relations et j’ai également fait de belles rencontres.

Notre établissement étant dissout cet été en raison des réformes de Super Sarko, depuis dix huit mois je recherche un poste dans un autre établissement ;

Au début avec Nanou, ont s’étaient dit, tant qu’à partir, autant partir loin et au soleil. Notre choix s’est arrêté sur Toulon ; j’ai passée deux entretiens, et j’ai été retenue sur les deux postes. Ayant choisit celui que je pensais être le plus enrichissant, il ne me restait plus que le logement ; oar il faut savoir que le parc immobilier réservé aux personnels de la Défense est de 3000 pour 12000 demandes à Toulon, et de particulier à particulier, pour un T4 il fallait compter environ 1000 euros de loyer : impossible !

Donc j’ai refusé le poste et je ne me suis pas dégonflée, je m’en suis même plainte au général qui gère la région Ouest (là, j’ai p’t’être poussé le bouchon un peu loin ! …)
Il s’est personnellement déplacé, et croyez-moi, lorsqu’un Général se déplace ce n’est pas pour rien ! je m’en suis pris plein la tronche mais je lui ai dit ce que j’avais à lui dire sans me démontée (même si j’étais tétanisée) et qu'à l’issue de l’entretien je me suis effondrée en larmes, sûr que tout était foutu et que j’allais me retrouvé dans le Nord ou dans l’Est, juste histoire de bien me faire comprendre qui commandait !

Mais je suis une vraie bourrique et j’ai continuée mes recherches ; nos ambitions avec Nanou avaient changées. On oublie le sud, et on ne part pas trop loin de Nantes.

Et voilà, j’ai un poste à compter du 1er août à Angers, et je commence ma formation dès lundi à Nantes.

Hier s’était donc mon dernier jour au bataillon, j’en suis très émue car une page de huit ans de ma vie vient de se fermer.

HELEN