JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

 


Ce que je suis, le meilleur comme le pire, surtout le pire. Journal intime crťť par pennylane

PLACER UN MARQUE PAGE | AJOUTER LE CONTACT AUX FAVORIS |
Ce journal est partiellement publique
Journal public


Prťface
 premier journal
 a propos de moi
 derni√®re journ√©e
 assez ...
 marre.
 calme
 je n'oublierais jamais ...
 effac√©e
 bien
10   dure journ√©e
11   bonne humeur
12   contradiction
13   ces sc√®nes, j'y repense
14   elle pleure
15   partir ou rester
16   ma m√©taphore
17   pas la forme
18   pourquoi
19   mon petit combat
20   les voir ...
21   je n'y pense presque plus ...
22   le festival
23   bien mais ...
24   relecture
25   petit r√©sum√©
26   week-end
27   fantasmes ...
28   r√™ves
29   cin√©ma
30   journ√©e tanquille
31   √©nerv√©e !!!
32   engeulade
33   ca s'arrange
34   Envie :
35   d√©fauts
36   qualit√©s
37   Bilan
38   rien a dire ...
39   rien
40   une phrase
41   jedi
42   cin√©
43  quelques po√®mes
44   la vie ...
45   r√©flexion
46   moi, pas moi
47   m'envoler
48   ennui
49   nuit de folie
50   nuit de folie (suite)
51   bon alors ...
52   j'ai sauv√© une vie
53   ???
54   d√©part
55   retour
56   complication/simplicit√©
57   tout va bien
58   retour
59   f√™te
60   bien
61   jeudi 2 octobre
62   √©trange
63   cela ressemble t-il a du bonheur ?
64   soir√©e du jeudi doir !
65   sentiment bizarre ...
66   aujourd'hui
67   un autre monde
68   samedi soir !
69   retour a la case d√©part ?
70   jour sp√©cial ?
71   le 29/12
72   en ce moment
73   enfin !
74   17 jours plus tard
75   ouah !
76   me revoil√† !
77   hmmm
78   pffff
79   vacances
quelques po√®mes      page publique

Mes poèmes:



ESPRIT DE GUERRE

Elle attend, tapie dans l'ombre
des recoins les plus sombres
de ce monde,
et chaque seconde
emporte avec elle
des hommes coupés de leurs ailes
qui les ratachaient a la vie
à présent finie.

Elle ne se lasse pas
de cette triste hécatombe,
qui ne se terminera peut-être pas
et qui remplie les tombes.

Des hommes tués
au nom d'un chef detesté,
des familles brisées
par les bombes tombées.

La mort flotte dans l'air,
c'est l'esprit de la guerre,
les gens se font tués
pour mieux se faire exploiter.
______________________


Me sentir seule parmis ces gens
leurs regards me sont indifférents
ne plus les regarder
ne plus y penser,

avancer lentement
dans ce brouillard blanc
penser differement
ne plus penser au présent,

être un fantome errant
dans ces chateaux d'antan
et maintenant
être la fille sans présent,

mais je m'effondre
je ne suis plus une ombre
je suis une fille seule
qui vient de se casser le gueule.
______________________


Faut-il croire a la vie avant la mort ?
Ou est-ce un tort ?
Est-ce une illusion ?
Faut-il se faire une raison ?
La vie est elle un prologue ?
Et la mort un épilogue ?
Faut-il pour savoir
que je me tue, pour voir ?
La vie est peut-être une puniton,
peut on savoir les raisons ?
Quoi ? Il faut subir,
sans rien dire.
Oui je me tais,
je ne vais plus vous questionner.
Donc je vous ai fait peur,
ce n'était pas une erreur,
vous vous etes vengé
de votre vie sans grand interêt,
vous êtes au dessus de tout
mais seul plus que tout,
alors si il y a le malheur
c'est que vous n'étiez pas de bonne humeur,
en sept jours
c'est un sacré tour,
le plus impressionnant du monde,
bravo vous etes immonde !
______________________


LE TEMPS

Le temps s'écoule,
me file entre les doigts,
je ne le retiens pas,
et lentement il s'écoule.

Je n'essaie pas de le retenir,
et je ne sais pas ce que je vais devenir,
avec le temps qui passe,
et moi qui m'efface.

Le temps s'est arrêté,
alors je m'en vais,
le temps a eu raison de ma vie,
je m'en vais c'est fini.
______________________


Je suis l'ombre et la lumière,
l'éternel et l'éphémère,
le bien, le mal,
l'honneté le vénal,
un poison qui détruit,
l'eau qui nourrit,
l'ange du réveil,
l'ange de l'éternel sommeil,
ma pire ennemie,
ma meilleure amie,
tout en moi me détruit
mais je lutte et survit,
et je me bats
contre mes propres lois,
je combats mon esprit
qui pourtant me garde en vie,
mais ce n'est pas la peine
de vaincre mes démons
qui m'enchainent
sans raisons
dans un abyme de haine
o√Ļ je me morfond
et plus j'essaie de lutter,
plus j'y suis enchainé.