JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Histoire commune !!! Vol. 2 Journal Collectif créé par

Ecrire une nouvelle page
Ce journal est publique
Journal public


Préface
Le monde du futur
Agitation & Compagnie
suite
joli joli tt ca mais...
Dans l'antre de ...
une journée de finie
"ce que tu m'a demandé"
Rouge pizza
euh oups...
10  Putain de messagerie !
11  fausse alerte...
12  En attendant Lars
13  Morpheus
14  Chiwawa
15  Vous avez trop regardé "Matrix", bonsoir
16  Carne
17  La bonne sou-soupe!!!
18  Contact
19  KR
20  .."Échange"
21  merde!
22  "je me vengerai!!!"
23  incendie!
24  étrange comme incendie..
25  quellle conasse..
26  Décidément..QUELLE CONASSE...
27  une belle érreur
28  Le pendantif
29  Encore ??? c pas vrai..
30  défaut de fabrication
31  Double Vengeance...
32  oO Interlude Oo
33  ohhh
34  j`laime mais...
35  lesbienne
36  les 4 vérités
37  envie de dire
38  histoire vraie( mon destin)
Carne 4/8/2003

Lars avait beau être un con fini, force était de reconnaître qu'il était l'homme de la situation pour ce type d'événements. Précis et méticuleux, il prenait son travail avec le sérieux nécessaire. Il en devenait alors presque sympathique aux yeux de Gary.

Tout deux transportèrent le corps dans la salle de bain. Et Gary laissa Lars oeuvrait en bon professionnel qu'il était.
Il revint au salon et se mit la 7ème symphonie de Beethoven avant de s'installer confortablement dans son canapé. Les yeux fermés ils se laissait enfin allé, porté par la triste mélancolie du pote Ludwig. Il ne fit même pas attention aux bruits de machines qui provenait de la salle de bain.

La musique de Beethoven détachait son esprit de son corps et le transportait vers de grandes étendues champêtres où nulle trace de civilisation n'existait. Il était alors loin de tout. Apaisé et tranquille. Le deuxième mouvement (le plus beau) commença sa lente ascension mélancolique. Gary savait qu’il ne résisterait pas à la beauté implacable de la mélodie. Beethoven arrivait à lui faire croire en Dieu. L’homme seul ne pouvait tutoyer le sublime de cette façon. Des larmes commencèrent à perler le long de sa joue.

- C’est quoi cette musique de tafiolle ?

Lars le fit revenir sans ménagement à la réalité du moment. Gary s’essuya rapidement les yeux dans la manche de sa chemise et se retint de tout commentaire. Il n'arrivait pas à croire que Lars avait déjà fini, c'était techniquement impossible.
Il questionna Lars du regard.

- Les paquets sont prêts !

Et pourtant il avait bel et bien terminer sa tâche. La technique de Lars avait déjà fait ses preuves. Nul ne savait exactement comment il travaillait, lui même n’étant pas très disert sur la question, il refusait systématiquement qu’une autre personne que lui participe au démembrement. D’après ce que Gary savait, Lars découpait chaque partie du corps à l’aide d’une scie circulaire, puis désossait le corps afin de séparer la chair des os. Les gros os étaient découpé en petit bout avant d’être bouffé par un mélange d’acide. La chair d’après la rumeur servait ensuite de repas à ces trois chiens. Quid de la tête ? Personne ne savait rien si ce n’est que Lars conservait toujours en trophée un œil de ses victimes, en tout cas c’est ce qu’on disait.

Les deux hommes commencèrent à transporter les différents sacs de ce qui n’était plus que la viande vers la voiture de Lars. Maye était d’un coup bien moins sexy se surprit à penser Gary.

Contactez-nous - Charte d'utilisation