JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Histoire commune !!! Vol. 2 Journal Collectif créé par

Ecrire une nouvelle page
Ce journal est publique
Journal public


Préface
Le monde du futur
Agitation & Compagnie
suite
joli joli tt ca mais...
Dans l'antre de ...
une journée de finie
"ce que tu m'a demandé"
Rouge pizza
euh oups...
10  Putain de messagerie !
11  fausse alerte...
12  En attendant Lars
13  Morpheus
14  Chiwawa
15  Vous avez trop regardé "Matrix", bonsoir
16  Carne
17  La bonne sou-soupe!!!
18  Contact
19  KR
20  .."Échange"
21  merde!
22  "je me vengerai!!!"
23  incendie!
24  étrange comme incendie..
25  quellle conasse..
26  Décidément..QUELLE CONASSE...
27  une belle érreur
28  Le pendantif
29  Encore ??? c pas vrai..
30  défaut de fabrication
31  Double Vengeance...
32  oO Interlude Oo
33  ohhh
34  j`laime mais...
35  lesbienne
36  les 4 vérités
37  envie de dire
38  histoire vraie( mon destin)
Vous avez trop regardé "Matrix", bonsoir 3/8/2003

Gary se réveilla en sursaut. Meeeeerde... quel rêve crétin, j'y crois pas. C'est tout nullos. Il jeta un œil au cadavre qui, hélas, était toujours là. Et ça sonnait méchamment à la porte. Gary se redressa, et alla ouvrir. Dans l'encadrement de la porte se tenait le Lars des grands jours, avec son costar ridicule à la Travolta. Violet, avec des paillettes, du moiré, etc. Il lui décocha un sourire spécialement stupide en disant, avec son accent tout nul
— Salut mon pote.
— Salut, Lars. Figure-toi que je me suis endormi à côté du macchab', et j'ai rêvé que tu bouffais des chichis, que tu te faisais appeler Morpheus, et je me transformais en nana, et on devait passer tous les deux à travers un cristal magique. Etonnant, non?
— Putaaaaaain... siffla Lars, admiratif. Chaipas c'que t'as méfu, mais j'en veux. Et t'as trop vu "Matrix", ma parole.
Bon. Il est où, ton mort?
— Ben, il est là.
Lars entra dans l'appart de Gary, vit le corps, les taches de sang. Il laissa échapper un nouveau sifflement, puis il déposa le sac de sport qu'il portait à l'épaule sur le tapis. Il l'ouvrit, et, toujours sifflotant, il sortit son matériel.

Contactez-nous - Charte d'utilisation