JOURNAUX PUBLICS   JOURNAUX COLLECTIFS   MON PROFIL

  


Histoire commune !!! Vol. 2 Journal Collectif créé par

Ecrire une nouvelle page
Ce journal est publique
Journal public


Préface
Le monde du futur
Agitation & Compagnie
suite
joli joli tt ca mais...
Dans l'antre de ...
une journée de finie
"ce que tu m'a demandé"
Rouge pizza
euh oups...
10  Putain de messagerie !
11  fausse alerte...
12  En attendant Lars
13  Morpheus
14  Chiwawa
15  Vous avez trop regardé "Matrix", bonsoir
16  Carne
17  La bonne sou-soupe!!!
18  Contact
19  KR
20  .."Échange"
21  merde!
22  "je me vengerai!!!"
23  incendie!
24  étrange comme incendie..
25  quellle conasse..
26  Décidément..QUELLE CONASSE...
27  une belle érreur
28  Le pendantif
29  Encore ??? c pas vrai..
30  défaut de fabrication
31  Double Vengeance...
32  oO Interlude Oo
33  ohhh
34  j`laime mais...
35  lesbienne
36  les 4 vérités
37  envie de dire
38  histoire vraie( mon destin)
Putain de messagerie ! 22/7/2003

«Putain de messagerie de merde», Gary fulminait et maudissait au plus profond de lui le crétin qui avait inventé les portables.
Il laissa quand même à Lars un message :

«Lars, Gary à l’appareil rappelle moi c’est très important. Dépêche–toi»..

«Connard» murmura Gary en raccrochant. Tout ceci n’arrangeait pas ses affaires. Gary regarda le corps qui trempait dans le sang, l’image subliminal d’un rosbif apparut dans son esprit.
Il se dirigea vers la salle de bain et en ramena le rideau de douche. Il l’étala méticuleusement près du corps ensanglanté, s’agenouilla de l’autre coté du corps et commença à le basculer vers le rideau de douche.

Prenant appuie sur ses chaussures, il mettait tout son poids dans la balance afin de bouger cette masse inerte. Il dérapa dans le sang lorsque le corps se décida à bouger. Son pantalon et sa chemise était maculé du sang de sa victime, en outre il en avait plein les mains.

De rage il se défoula sur le corps à coup de pied. On sonna à la porte.

Gary resta immobile, les mains en suspend le torse en avant. Dans sa tête mille pensées se succédaient. Il ne pouvait pas faire le mort (la place était déjà prise) car on l’avait sans doute entendu de l’extérieur avec le boucan qu’il faisait. En même temps ils se voyait mal ouvrir la porte avec du sang partout sur lui.

La sonnette se fit entendre à nouveau le faisant sursauté

Contactez-nous - Charte d'utilisation